Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Punakha Dzong Monastery
✈ Bhoutan, le pays du Bonheur National Brut (et vert !)
Société

✈ Bhoutan, le pays du Bonheur National Brut (et vert !)

04 Août 2017

Pendant le mois d’août, Décisions durables vous emmène pour un tour d’un monde d’initiatives inspirantes… Deuxième escale : Bhoutan, le pays du Bonheur National Brut.

Lové entre la Chine et l’Inde, au cœur de l’Himalaya, le Bhoutan place l’environnement au centre de ses préoccupations. Depuis l’avion, vous pourrez déjà admirer l’immense étendue de forêt, qui recouvre 72 % du territoire, permettant au pays d’absorber trois fois plus de CO2 qu’il n’en émet (soit 6 millions contre 2 millions de tonnes). D’ailleurs, la constitution requiert qu’il soit boisé à au moins 60 %.

Vallée de Punakha Bhoutan

Un leader vert

Le Bhoutan ne se démarque pas uniquement par sa couverture boisée :
– l’électricité provient entièrement de source hydraulique (et le gouvernement entend diversifier les sources d’énergies renouvelables),
– l’agriculture, un des piliers de l’économie du pays, est à 80 % bio. Le Bhoutan s’est d’ailleurs fixé l’objectif de devenir « le premier pays au monde à vivre d’une agriculture 100 % biologique » à l’horizon 2020.

Cette sensibilité environnementale s’acquiert dès le plus jeune âge, puisqu’une partie des journées à l’école y est consacrée.

Privilégier la qualité à la quantité

C’est dans cette logique de préservation de l’environnement, mais aussi de sa culture, que le Bhoutan ne s’est ouvert au tourisme, pourtant un autre pilier de son économie, qu’en 1975. Le gouvernement privilégie un tourisme de luxe sous le signe du « high value, low impact » (valeur élevée, impact réduit). Pour ce faire, chaque visiteur doit s’affranchir d’un forfait de 250 dollars par jour, comprenant hébergement, repas, voiture avec chauffeur et guide.

La qualité vaut aussi pour les 750 000 habitants de ce pays plus petit que la Suisse, puisque le roi Jigme Singye Wangchuck a décrété dans les années 80 s’intéresser plus au « bonheur national brut » de son peuple qu’au produit national brut de son pays. Ce BNB est un indice et un principe de gouvernance au Bhoutan, reposant sur quatre principes :
– la bonne gouvernance,
– un développement économique responsable,
– la sauvegarde de l’environnement,
– la préservation de la culture bhoutanaise.

danse traditionnelle bhoutanaise à Mongar

Des traditions sacrément ancrées

Les 10 000 touristes visitant chaque année le pays auront le privilège de s’imprégner des merveilles bhoutanaises. Le pays compte encore beaucoup de Dzong, anciennes structures militaires qui abritent aujourd’hui à la fois les services administratifs et des monastères où les moines vivent et étudient. La plupart sont accessibles aux étrangers. Temples et monastères agrémentent aussi le paysage, parfois dans des situations inattendues : le célèbre monastère de Taktshang (le nid du tigre) est suspendu dans la falaise, 700 mètres au dessus de la vallée de Paro. Les aventuriers qui partiront à la découverte de ces joyaux en trek pourront voir flotter dans les collines des drapeaux arborant des prières. Avec le temps, elles s’éparpillent et sont emportées au vent.

  • Monastère de Taktshang, le nid du tigre
1 commentaire
  1. Lorsque l’on modifie un paradigme essentiel , on change la donne ! Passer du meilleur produit intérieur brut à celui de bonheur intérieur brut La France n’a pas essayé !

Ajoutez votre commentaire

*