Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Bientôt des organes imprimés en 3D !
Innovation - Société - Tech

Bientôt des organes imprimés en 3D !

15 Mar 2017

Les techniques médicales ne cessent d’évoluer. Hier, les imprimantes 3D déployaient leur potentiel dans la réalisation de plâtre sur mesure. Demain, elles permettront de créer des organes entiers.

Des chercheurs américains de l’Institut Wake Forest viennent de dépasser la science-fiction. Après plusieurs années de recherches, ils ont crée des muscles, du cartilage et de l’os à partir d’une imprimante 3D. Greffés sur des souris et des rats de laboratoire, ces « tissus imprimés » se sont correctement adaptés à leurs hôtes. Et ce, de manière particulièrement rapide :
– 2 semaines pour les muscles
– 2 mois pour le cartilage
– 5 mois pour les os.

Financés par l’armée américaine, ces recherches constituent une véritable avancée pour le monde de la médecine.

Quand la greffe prend…

Dans les faits, l’encre de l’imprimante 3D est remplacée par un gel contenant des cellules tandis qu’un plastique biodégradable sert de structure au greffon. Au fil du temps, celui-ci se désagrège, laissant la greffe prendre sa place dans le corps du patient. Mais pour voir cette technique dans les blocs opératoires, il faudra attendre encore deux années selon les chercheurs américains. En attendant, la France mène aussi ses recherches.

Lire aussi: Xkelet: le design sert la médecine

La France se positionne

En octobre dernier, l’entreprise bordelaise Poietis annonçait avoir imprimé de la peau humaine. Une première mondiale ! « L’imprimante dispose des microgouttelettes contenant des cellules, couche par couche, selon un modèle prédéfini par ordinateur » explique Fabien Guillemot, fondateur de Poietis. Un procédé rendu possible grâce au laser qui permet de « reproduire toute la complexité des tissus et d’assurer la viabilité des cellules à hauteur de 95 à 100% » poursuit le chercheur. Une fois autorisée sur le marché, cette « peau reconstituée » permettrait de tester des médicaments mais aussi de greffer des grands brûlés.

Preuve que robotique et médecine ont un bel avenir à dessiner ensemble !

 

Ajoutez votre commentaire

*