#CES2014_GooglePlus_BoxLe Consumer Electronics Show (CES) est la Grand Messe de l’innovation électronique grand public. Un événement au cours duquel la France a marqué les esprits.

« Ils ne sont pas mauvais en France », « Vous êtes très créatifs les Français »… Voilà ce qu’on peut entendre des les couloirs du CES 2014 qui se tient jusqu’à vendredi à Las Vegas. L’organisateur de l’événement lui-même, Gary Shapiro, a tenu à saluer en conférence de presse « la présence massive, le dynamisme et la qualité de l’innovation française » alors que la magazine Wired plaçait dans son Top 8 des « objets les plus cool », pas moins de 4 innovations françaises.

Une douce musique à nos oreilles alors que ces dernières semaines, le French Bashing repart de plus belle, Newsweek en tête.

La France en force
La volonté de Pierre Gattaz et Fleur Pellerin de voir les entreprises françaises « chasser en meute » à l’image de leurs grands concurrents internationaux a été bien assimilée. En effet sur les 200 start-up rassemblées, 40 sont françaises. Au total c’est pas moins de 90 entreprises de l’hexagone qui sont présentes. Voici quelques innovations qu’elles proposent :
Aura, de Withings : une ceinture de capteurs qui s’attache sous le matelas et permet d’enregistrer et optimiser le sommeil, tout en réveillant le dormeur au meilleur moment possible.
June, de Netatmo : un bracelet connecté destiné aux femme et au design proche du bijou. Parmi les fonctionnalités : connexion au smartphone, météo, capteur qui indique si l’utilisatrice doit protéger sa peau ou ses yeux contre le soleil…
La brosse à dent connectée de Kolibree qui analyse le brossage et en signale la qualité à l’utilisateur.
Mother de Sen.se : une box en forme de poupée russe qui collecte et analyse les données de tous les objets connectés dans la maison.
La pilule connectée de Medissimo qui permet au médecin ou à la famille de s’assurer que traitement est bien pris par le malade.
Le mini drone de Parrot : à destination de enfants, il se pilote d’un smartphone ou d’une tablette et peut aussi bien voler que rouler.

Dans ce marché des objets connectés qui devrait s’élever à 5 milliards de dollars en 2015, le France semble donc bien positionnée. Plus loin, le secteur pourrait servir d’exemple et de locomotive à la Start-up République que le gouvernement et le patronat, pour une fois main dans la main, aspirent à construire.

 

 

Ajouter un commentaire

*

Archives