Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Comerso : Halte au gaspi !

08 Juin 2016

livreur et camion

En février dernier, la France accouchait au forceps d’une loi contre le gaspillage alimentaire dans la grande distribution. Mais les entrepreneurs n’ont pas attendu les politiques pour se mobiliser. Pierre-Yves Pasquier, ancien chef des ventes chez Danone, et Rémi Guilbert, conseiller en création d’entreprise ont créé fin 2013, Comerso, un service qui met en lien distributeurs et associations. Et ça fonctionne…

L’entreprise propose un service clé en main aux supermarchés pour récupérer leurs invendus et les redistribuer aux associations. Chaque magasin liste les denrées qu’il souhaite donner sur une interface sécurisée avant de les placer dans des bacs fournis par Comerso. De leur côté, les associations indiquent leurs besoins exacts. Les chauffeurs de la société angevine n’ont alors plus qu’à acheminer les bons produits aux bonnes associations, optimisant ainsi la répartition des produits alimentaires. Ces derniers ont tous été recrutés chez Envie, une entreprise de réinsertion.
Une fois les livraisons effectuées, toutes les données sur les produits, leur quantité et le respect de la chaîne de froid sont disponibles sur la plateforme. Transparence et sécurité sont garanties sur les 22 000 repas, soit 10 000 tonnes de nourriture, distribués par jour.

Business model
Le service clé en main est entièrement gratuit pour les associations. Parmi les bénéficiaires : le Secours Populaire, la Banque alimentaire ou encore les Restos du cœur. L’entreprise se rémunère grâce à « un pourcentage perçu sur les économies fiscales réalisées par les supermarchés » explique Pierre-Yves Pasquier, un des co-fondateurs.
Système U, Intermarché, Leclerc, Auchan… tous leur ont été séduit par l’offre de Comerso.

Lire aussi: WeFood: stop au gaspillage alimentaire

Gros appétit
Citée en exemple dans le rapport Garot de 2014 remis à la ministre de l’Environnement, l’entreprise ne compte pas s’arrêter là. Au cours du 2nd semestre, elle devrait s’implanter à Paris et Lyon. Objectif : essaimer, de circuit court en circuit court, dans toute la France ! Et pour y parvenir, elle vient de lever 2,2 millions d’euros. À terme, elle souhaite recruter 20 personnes dans le commercial, l’administratif et la logistique.

Comme quoi, circuit court, solidarité, et croissance peuvent  aller de pair !

 

Ajoutez votre commentaire

*