Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

COP 11 : un compromis pour la biodiversité

23 Oct 2012

Réunis à Hyderabad (Inde), à l’occasion de la 11e conférence des parties (COP11) plus de 180 états devaient se mettre d’accord sur le financement des promesses édictées deux ans plus tôt à Nagoya. Un succès en demi-teinte mais l’élan politique est bel et bien là.

« Un bon résultat » pour Delphine Batho, « pas une révolution mais un soulagement » pour la députée européenne EELV Sandrine Bélier, « décevant » pour WWF-International, les réactions à l’accord arraché au bout de la nuit du 19 octobre sont nuancées. Si l’essentiel, c’est-à-dire les engagement de Nagoya, est préservé, les chiffres ne semblent pas encore à la hauteur de ces ambitions.

Les engagement de Nagoya

A l’horizon 2020 :

– 17% d’aires protégées sur la surface terrestre (contre 13,5% aujourd’hui),

– 10% de la superficie des océans protégée (contre moins de 2% aujourd’hui),

– élaboration de plans nationaux incorporant des objectifs de préservation de la biodiversité,

– partage des bénéfices tirés de l’utilisation des ressources génétiques pour lutter contre la biopiraterie.

Les financements d’Hyderabad

à l’horizon 2015 :

– doublement des contributions publiques et privées des pays développés pour aider les pays en voie de développement à financer leurs programmes de préservation de la biodiversité,

– mise en place de mécanismes de traçabilité des fonds,

– identification de 56 aires marines « d’importance écologique et biologique ».

Ambitieux donc au premier abord. Seulement le chiffrage reste pour le moins flou. Pour Romain Pirard, chercheur à l’institut du développement durable et des relations internationales : « cet objectif de doubler les sommes affectées à la biodiversité n’engage pas à grand chose, car on ne sait pas de quelles sommes on parle ». Pour WWF-International, ce serait près de 200 milliards de dollars qu’il faudrait chaque année pour atteindre les objectifs de Nagoya. Or on peut estimer que seuls 10 milliards y sont aujourd’hui consacrés. Même multiplié par deux, nous sommes donc encore loin du compte.

Mais à l’issu du sommet chacun voulait retenir que l’élan politique de Nagoya n’avait pas brisé.

Il faudra s’en contenter.

En savoir +

1 commentaire
  1. Demande de financement
    Comment/question Bonjour Messieurs / Dames Je suis Bertin Kokou FENOU, le Président de l’Association pour la Préservation de la Biodiversité (APB). Notre organisation est confrontée à des difficultés financières et matérielles. Alors que chaque jour que Dieu fait, ces actions deviennent de plus en plus sensibles, avec assez d’adhérents et de sollicitations à travers, surtout nos émissions animées sur une radio de Lomé ; notre magazine de sensibilisation, de conscientisation et d’éducation à l’environnement pour un développement durable. Nos moyens sont trop limités. Le Togo est un pays qui doit faire face à d’énormes défis environnementaux, à relever. Les cas les plus préoccupants sont : la pollution par les déchets plastiques, le déboisement abusif, l’abattage anarchique des arbres, la déforestation, le braconnage, la pêche et les inondations. Notre pays est confronté à de nombreux défis et problèmes environnementaux dont les principaux sont dus à la démographie galopante, à la pauvreté généralisée, à l’inadéquation entre la consommation des ressources et leur rythme de renouvellement et à la faible prise en compte de la dimension environnementale dans les plans et programmes sectoriels. Les manifestations les plus visibles de la dégradation de l’environnement sont l’assèchement du climat, le recul du couvert forestier, l’extension de l’érosion sous toutes ses formes et en tout lieu, en particulier sur les côtes du Golfe de Guinée, le comblement des plans et cours d’eau qui pose un problème de disponibilité des ressources en eau, la salinisation des nappes aux voisinages de la mer et des lacs, la baisse généralisée de la qualité des eaux, la perte de la fertilité des sols, la baisse de la capacité de régénération halieutique des plans et cours d’eau du pays, un développement urbain déséquilibré, la recrudescence des maladies, des désastres et risques naturels, les inondations etc. Le TOGO est aussi confronté malheureusement au problème d’approvisionnement en eau potable. Ses infrastructures d’adduction d’eau potable datent depuis l’époque coloniale et sont trop vétuste. Franchement nous prions votre Organisation à nous aider pour contribuer tant soi peu à relever ce grand défi du siècle. En tenant compte des objectifs que l’APB, s’est fixés, nous sommes très motivés pour mener ce combat, jusqu’à des résultats concrets avec des visibilités sensibles visant la protection de la biodiversité togolaise. Alors qu’encore une fois “nos moyens sont trop limités’’. Vous êtes un ami, un correspondant ou une personnalité que nous avons rencontrée de près ou de loin ; connaissant pour le meilleur des cas un membre de l’APB. Amoureux de la nature, et conscient de cette nécessité pour les humains du monde, à œuvrer pour la préservation de l’environnement ; l’APB vous ouvre ses portes. Elle sollicite vos dons, vos legs, vos appuis et votre assistance multiforme. Nous vous supplions de nous écrire. N’hésitez pas à nous contacter. Nous comptons vous envoyer des projets relatifs à l’approvisionnement en eau potable pour l’obtention de financement. Nous plaçons nos derniers espoirs en vous pour l’exécution des projets relatifs à l’approvisionnement en eau potable. Je sollicite vivement avec tant de motivations, d’engouements et par de nombreuses supplications ; recevoir vos notes succinctes, vos formulaires de financement et d’appels à propositions de projets pendant les jours à venir, sans oublier les informations concernant le fonctionnement de votre noble institution. Tout en espérant nouer des relations de partenariat avec votre Institution, je vous souhaite, de francs succès dans toutes vos démarches quotidiennes. Cordialement, et que le combat pour la survie du monde vivant se concrétise et à bientôt. Le Président Bertin Kokou FENOU Contact : 00228 91 81 85 99 Mobile : 00228 90 72 53 56 E-mail: kokoubertinfenou@yahoo.fr/ apbiodiversiteph@yahoo.fr Lomé-TOGO
    First name Kokou-Bertin
    Surname FENOU
    E-mail address kokoubertinfenou@yahoo.fr

Ajoutez votre commentaire

*