Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Dessine-moi 2025

19 Août 2013

C’est la rentrée pour le gouvernement qui se retrouve autour d’un séminaire avec pour thème : la France en 2025. A cette occasion, 4 ministres ont co-signé dans le journal du dimanche un appel à l’accélération de la transition énergétique.

Cécile Duflot (logement), Philippe Martin (écologie), Stéphane Le Foll (agriculture) et Pascal Canfin (développement) estiment dans leur lettre que la France de 2025 telle que nous l’espérons : compétitive, sociale, durable et prospère… ne pourra le devenir qu’en accélérant la transition énergétique. Cette dernière doit faire l’objet d’un projet de loi à la rentrée après 6 mois de débats parfois houleux. Ces 4 ministres (2 Verts, 2 PS) partent d’un constat sans appel : « la raréfaction des énergies fossiles et le dérèglement climatique sont sources de déséquilibres grandissants à l’échelle de la planète. Sans une évolution rapide de ce système productif, l’accès aux ressources sera cause de conflits et d’inégalités nouvelles. La question n’est donc désormais plus de savoir si nous allons faire face à la mutation écologique ou non, mais bien si nous souhaitons la conduire ou la subir ». Dans une France et une Europe en mal d’avenir, ils estiment que la transition énergétique peut constituer un « horizon nouveau pour la jeunesse », une nouvelle frontière.

Le tiercé gagnant
Les ministres déclinent en 3 objectifs majeurs, la mise en place d’une économie écologique :

1. Prospérité. Non l’écologie n’est pas un fardeau économique, c’est un facteur de croissance. Elle permet de créer des emplois et de réduire la consommation des ménages. « Les circuits courts, l’économie circulaire, le soutien à l’emploi dans l’agriculture, les énergies renouvelables, la rénovation énergétique des bâtiments sont les secteurs qui seront, dans les dix années à venir, les plus pourvoyeurs et les plus créateurs d’emplois de qualité, durables, non délocalisables, répartis sur l’ensemble du territoire ».

2. Soutenabilité
Tout en mettant en garde contre le retour en force des OGM et des gaz de schiste, figures du passé, les 4 ministres mettent en avant « une nouvelle vague d’innovations technologiques mises au service de tous. » Plus loin, il s’agit de construire un nouveau contrat social et écologique ou chacun trouve sa part : individus, entreprises, territoires… avec le souci d’un vision à long terme.

3. Solidarité
« L’inégale répartition des richesses entre les pays et au sein d’un pays se trouve renforcée de manière cruelle par la crise écologique. Sans régulation et transformation significative de notre système de production, les catastrophes écologiques viendront chaque jour davantage fragiliser les plus démunis » jugent les ministres. Et d’appeler à la mise en place d’une véritable fiscalité écologique.

Un appel qui, espérons-le, ne restera pas sans écho… même si on peut d’ores et déjà regretter l’absence des signatures, au bas de ce texte, de ministres comme Arnaud Montebourg ou Pierre Moscovici. Gageons que, de gré ou de force, ils y viendront.

Pour retrouver le texte intégral de la lettre des ministres, ça se passe ici

Ajoutez votre commentaire

*