Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
vue aérienne de Grenoble
Grenoble, smart city en effervescence
Société

Grenoble, smart city en effervescence

24 Août 2017

Berceau de l’hydroélectricité, première agglo française à se doter d’un Plan Climat (2005), naturellement en proie à la pollution du fait de sa localisation « dans une cuvette », Grenoble se veut une ville à la pointe de la transition énergétique.

Dans la ville natale de l’hydroélectricité, le secteur de l’énergie est bien représenté par les multinationales qui y sont implantées (Schneider, EDF…) Mais ici, la recherche et l’innovation ne sont pas uniquement réservées aux grands groupes. C’est tout un réseau associatif, universitaire et de start-up qui travaille pour rendre les réseaux énergétiques intelligents, efficaces, et durables.

L’innovation dans les gênes

L’Isère est le premier département français en nombre de brevets déposés par habitant. Et Grenoble y est pour beaucoup avec :
– 40 % des brevets déposés dans la région en 2015,
– et la création de 250 startups issues de la recherche publique depuis 10 ans.
La ville s’est ainsi dotée de nombreux incubateurs (GRAIN, Linksium, Start-up week-end…), espaces de coworking (Col’inn, co-work…) et associations de professionnels (Grenoble Ecobiz). Un dynamisme permet aujourd’hui  à Grenoble de se hisser au rang de :
– 2ème ville la plus innovante d’Europe (après Barcelone),
– 1er pôle de recherche publique française après Paris et le 2ème en R&D.

Voici quelques exemples d’initiatives qui font de Grenoble un pôle incontournable de l’innovation.

Aménagement renouvelable

Aquapole, la station de traitement des eaux usées de la Métropole, pourra bientôt approvisionner quelques 2 500 foyers en gaz pour leur consommation annuelle. Le tout grâce à un équipement capable de transformer les boues résiduelles en biogaz via un procédé de méthanisation.

Autre innovation phare : la start-up locale Stimergy a mis au point une « chaudière numérique » installée dans plusieurs immeubles de la région. Le principe ?
– Le système récupère la chaleur des serveurs informatiques pour chauffer les habitations,
– les charges locatives sont ainsi diminuées,
– et les serveurs n’ont plus besoin de dispositif de refroidissement.

Après avoir équipé des logements sociaux de l’Opac38 et des résidences étudiantes, ce sont des piscines de Paris qui sont chauffées par des serveurs depuis mai 2017. Le bailleur social isérois Opac38 a signé un nouvel accord avec pour objectif de produire 60 % d’eau chaude dans ses immeubles.

Écoquartiers et habitat participatif

La métropole se veut une terre fertile pour les innovations. C’est ainsi que la ZAC (zone d’aménagement concerté) de Bonne devient le premier écoquartier de France. L’écoquartier avait déjà démarré en 2003, et a depuis remporté le Grand prix des écoquartiers, avant même que l’État officialise ce label (fin 2012). La ville a appris de ce chantier qui a permis de faire évoluer la construction vers des bâtiments basse consommation.

La réhabilitation de quartiers désertés est aussi l’occasion d’associer les habitants à leur développement. À Bouchayer-Viallet par exemple, la démarche « Chrono en marche ! » se voulait collaborative :
– les habitants ont exprimé leurs besoins via une application numérique,
– les idées ont ensuite été étudiées techniquement,
– et les habitants ont adopté de nouveaux aménagements en lien avec la mobilité.

Une ville bouillonnante d’idées, et tournée vers l’avenir. François Peyronnet, directeur général de l’attractivité et du développement de la métropole, s’en réjouit : “À Grenoble, nous avons la chance d’être capables d’innover et de prendre des risques.

 

Ajoutez votre commentaire

*