Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Hollande en chef de chantier

23 Sep 2013

Dans son discours d’ouverture de la deuxième conférence environnementale, François Hollande a détaillé ses mesures pour permettre à la France de réduire de 50% sa consommation d’énergie finale d’ici 2050.

Après le couac du Diesel et des discussions mouvementées en amont, François Hollande était très attendu pour cette conférence environnementale. Et à défaut de donner de véritable gage, il a tracé un cap :

– réduire de moitié la consommation d’énergie finale d’ici 2050,
– diminuer de 30% la consommation d’énergies fossiles d’ici 2030, avec comme axes prioritaire : la rénovation thermique des logements anciens (le bâtiment représente 43% de la consommation d’énergie finale en France), le développement de la voiture électrique et la relance des énergies renouvelables.
– avec toujours cet objectif d’atteindre 500 000 rénovations énergétiques chaque année d’ici 2017.

Le Président de la République, conscient de  » ce pari audacieux » a toutefois tempéré, comme pour se laisser une porte de sortie :  » N’en faisons pas un dogme, si nous sommes à un peu moins ce ne sera pas une calamité ». Un pari qui pourrait cependant rapporter gros : « si nous réduisons notre consommation, nous pourrons faire une économie de 20 à 50 milliards d’ici 2030 sur notre facture d’énergie, deux fois le choc de compétitivité ! »

Détail des mesures pour atteindre les objectifs
François Hollande à donné quelques pistes pour atteindre ces objectifs :
– la création d’une taxe carbone « juste, efficace et juridiquement incontestable »,
– une TVA abaissée à 5% en 2014 (contre les 10% initialement prévus), une mesure qui « réduira la facture énergétique et soutiendra l’activité du bâtiment »,
– la création de 2000 emplois d’avenir pour conseiller les ménages dans leurs projets de rénovation thermique. Un « fonds national de garantie de la rénovation thermique » garantit par la Caisse des Dépôts verra également le jour pour encourager les Français à sauter le pas.

En coulisse

France Nature Environnement (FNE)
« Encore des mots, toujours des mots. La bonne nouvelle, c’est l’objectif de diviser par deux la consommation d’énergie d’ici 2050, pour le reste, il y a peu de nouvelles décisions. Pas d’annonce concrète pour mettre en oeuvre les objectifs déjà fixés l’an dernier. Pas de calendrier sur l’objectif de passer à 50% d’électricité nucléaire en 2025, rien n’est dit sur les moyens qui seront dédiés à l’agence de la biodiversité, et à peine une phrase sur les emplois de la transition écologique »

Mathieu Orphelin, Fondation Nicolas Hulot (FNH)
« Franchement, on est plutôt contents. Pour nous, il y a trois annonces fortes. D’abord, la division par deux de la consommation d’énergie finale à l’horizon 2050. On s’est battu pendant neuf mois pour l’obtenir, je ne vais donc pas bouder mon plaisir. Ensuite, il y a la baisse à 5% de la TVA sur les travaux d’isolation thermique. Là non plus, ce n’était pas gagné. Maintenant, il faut que ce soit bien fait : de quels types de travaux parle-t-on ? Il faut mettre des critères de performances énergétiques dans tout cela. Enfin, il a été question de fiscalité écologique. Il manque les détails, on verra cela avec Jean-Marc Ayrault qui s’exprime demain, mais l’important est que le gouvernement assume enfin cette fiscalité plus intelligente ».

Jean-Pierre Clamadieu, président de la commission développement durable du Medef
 » J’ai entendu un discours pragmatique sur la manière dont on allait mener cette transition énergétique. Nous partons de cette conférence plutôt rassurés : on a évité les décisions couperet, j’ai entendu des objectifs ambitieux, dont certains seront difficilement réalisables, et une volonté de les piloter au plus près »

Réseau sortir du nucléaire
« En l’absence d’annonce sur la fermeture de nouveaux réacteurs, on voit mal comment la réduction du nucléaire va se concrétiser. Pendant ce temps, les centrales vieillissent, et pas seulement Fessenheim, et accumulent des problèmes graves ».

Union française de l’industrie du pétrole (UFIP)
« 30% d’énergies fossiles en 2030, cela suppose un changement fondamental dans les modes de vie, et la question est de savoir si cet objectifs est compatible avec la croissance économique et donc avec une augmentation du niveau de vie des Français »

Pour sa part, et dans le respect de sa ligne éditoriale constructive, Décisions durables a publié récemment un livre détaillant 10 propositions techniques, financières, juridiques, et filière pour parvenir aux objectifs de rénovation énergétique des bâtiments fixés par François Hollande. Il est disponible ici

Ajoutez votre commentaire

*