Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Kisskissbankbank ouvre une maison à Paris!

22 Nov 2016

 

8661000014_cb0056d718_z

Alternative aux banques, les plateformes de crowdfunding ont le vent en poupe. Entre 2014 et 2015, les investissements par ce biais ont augmenté de 92%. Malgré tout, ce phénomène reste encore peu répandu. Kisskissbankbank compte bien y remédier en ouvrant aujourd’hui la première maison du crowdfunding.

Rien à vendre, rien à acheter dans cette maison qui ne se veut pas un supermarché mais bel et bien un espace de convivialité et de réflexion autour de l’économie collaborative. Avant tout imaginée comme un outil pédagogique, des conférences et des débats y seront organisés en partenariat avec des associations. Les futurs entrepreneurs en quête de financement y trouveront également des oreilles attentives et des « conseils pour monter leur projet » souligne Charlotte, responsable presse de Kisskissbankbank.
« Une data gallery présentant l’impact économique, social et humain de la plateforme sera également installée pour montrer les bénéfices de cette nouvelle économie » ajoute t-elle. Car si la plateforme de financement constitue d’abord un levier financier, elle contribue aussi à la création indirecte de nombreux emplois. L’an dernier, « un projet financé sur trois crée de l’emploi, soit 15 000 contrats environ en 2015 » se réjouit Charlotte. Des chiffres encourageants !

Lire aussi: Le crowdfunding au secours de la nature!

Un secteur qui explose
Selon une étude menée par l’Université de Cambridge et KPMG, 5,341 milliards d’euros auraient transité par des plateformes de crowdfunding en Europe l’an dernier. En tête du financement participatif, les Britanniques avec des échanges s’élevant à 4,4 milliards d’euros. La France arrive juste derrière avec 319 millions d’euros. Les banques françaises ont encore de beaux jours devant elles Ce système comporte pourtant des avantages, autres que financier. Cécile, une des fondatrices de la startup les petits donuts se réjouit d’avoir utilisé ce biais pour financer les travaux de son laboratoire culinaire. « Cette expérience nous a permis de tester le concept et de recevoir des conseils de la part de professionnels du secteur qui ont contribué à notre campagne et sont venus nous rencontrer après » raconte Cécile.

Une manière de faire participer financièrement et humainement les contributeurs !

Ajoutez votre commentaire

*