7024662Dans le centre-ville de Bordeaux, a surgi le 8 juillet dernier un magasin d’un type nouveau en France : La Recharge, qui a fait le pari du zéro emballage.

Chaque année, c’est près de 5 millions de tonnes d’emballages alimentaires qui finissent dans les poubelles des Français. Et seulement 37% sont recyclées. Au-delà de cet impact environnemental, le vrac permet également de remédier en partie à un autre fléau : le gaspillage alimentaire, en permettant à chacun d’acheter un produit dans la proportion qui lui convient.
C’est donc à un véritable problème que s’attaque La Recharge, même si elle souhaite avant tout devenir un lieu d’échange et de rencontre entre les consommateurs et les producteurs de leur Région.

Comment ça marche ? 

1. J’apporte mes propres contenants ou j’achète des contenants réutilisables sur place (les produits non adaptés au vrac, comme le yaourt, peuvent être achetés dans des petits pots en verre consignés, à ramener après utilisation pour être réutilisés).
2. Je choisis la quantité exacte du produit dont j’ai envie.
3. Je pèse et je paie au comptoir.
Parmi les produits disponibles : pommes de terre d’Eysines, kiwis de l’Adour, porc Gascon, noix du Périgord, lait du Médoc, lessive 100% Gironde… Bref, il y en a pour tous les goûts !

Trouver le voie du succès

Les fondateurs de La Recharge estiment qu’en proposant des produits locaux et sans emballages, il pourront couper les coûts en même temps que les intermédiaires. Une épicerie du même genre, ouverte en 2007 à Londres a cependant mis la clé sous la porte en 2013, faute de rentabilité. Deux éléments pourraient cependant jouer en faveur de ce projet :
la campagne de crowdfunding qui a permis sa réalisation et qui a mobilisé une communauté appelée à devenir cliente,
– une opinion publique de plus en plus sensible aux produits locaux et à la cause environnementale.

Bordelais, la balle est dans votre camp !

Ajouter un commentaire

*

Archives