Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

L’agriculture prend la mer

10 Fév 2017

Ferme flottante lait Rotterdam

La population mondiale ne cesse d’augmenter. D’ici 2050, pas moins de 9,3 milliards d’individus peupleront la Terre. Autant de bouches qu’il faudra nourrir dans une société de plus en plus urbaine où les champs laissent souvent place au béton. Plutôt que de la hauteur, les Pays-Bas prennent la mer !

Le plus grand port d’Europe, Rotterdam, s’apprête à troquer ses bateaux contre des vaches en accueillant la première ferme laitière flottante. A l’origine du projet, une envie un peu folle, celle de reconnecter les hommes à leur nourriture tout en s’attaquant à un problème de fond, celui de l’espace des terres cultivables.

Eco-conception

Conçue comme un espace écologique devant accueillir pas moins de 40 vaches, cette ferme flottante de 1000m2 sera autosuffisante :
– panneaux photovoltaïques,
– bacs de récupération des eaux de pluie qui alimenteront les cultures hors-sol d’herbes fraiches pour les animaux complétées par des haies d’arbres,
– traitement des déjections animales et transformation en engrais réutilisé pour la culture de la ferme et redistribué aux fermes alentours.
Les animaux vivront sur la ferme flottante, à l’abri des intempéries. Une passerelle leur permettra également de se promener sur la terre ferme.

Lire aussi: Un potager flottant en libre-service à New-York

Du pis à la tasse !

À terme, les 1200 litres de lait produits chaque jour seront exclusivement utilisés pour «  la production locale de yaourts, selon les principes de l’économie circulaire ». Car si le projet se veut novateur et cherche à proposer un modèle alternatif d’agriculture, il vise aussi à redonner sa place à l’agriculture dans les sociétés tout en développant le tissu économique local. De nouveaux emplois, tant dans le secteur agricole que logistique, devraient être créés.
Les citoyens bénéficieront, quant à eux, d’un lait frais, produit (presque) à leur porte. Un fonctionnement en circuit court qui réduira les prix et rassurera le consommateur sur la provenance de son lait. Une solution qui pourrait bien essaimer à d’autres villes : New-York s’est d’ores et déjà montrée intéressée.

 

 

Ajoutez votre commentaire

*