Un village indien plante 111 arbres à chaque naissance d'une petite fille. Une tradition écologique et surprenante dans un contexte économique et social où la naissance d'un garçon est souvent préférée.

Il est démontré que l'augmentation de la population mondiale a un impact négatif sur la santé d'une planète qui révèle déjà les limites de ses ressources. Mais les habitants du village isolé de Piplantri, au Rajasthan, ne l'entendent pas de cette oreille. Au contraire, en plantant 111 arbres fruitiers à chaque naissance d'une fille, ils assurent et développent la qualité et la richesse de leur environnement.
Cette tradition a commencé en l'honneur de la fille de l'ancien chef du village, Shyam Sundar Paliwal, décédée très jeune. Elle se perpétue sans relâche depuis, et s'est même enrichie d'autres coutumes destinées à protéger les femmes dans un pays où les mariages forcés et/ou à un très jeune âge sont encore pratique courante.

Droit et respect de la femme
Les villageois on mis en place des leviers pour garantir le bon traitement et le futur de leurs filles :
– ils se cotisent tous pour donner une somme de 380$ à l'enfant, qu'elle pourra toucher à l'âge adulte,
– ils obligent les parents à fournir 180$ sur cette somme,
– les parents doivent jurer devant le village de bien traiter leur fille.
« Nous faisons signer aux parents un serment où ils promettent qu'ils ne la marrieront pas avant l'âge légal de 18 ans, qu'ils l'enverront à l'école régulièrement et qu'ils prendront soin de l'arbre planté en son nom » explique Paliwal.

Sur les seules 6 dernières années, les villageois ont planté près 250 000 arbres, et leurs filles ont leur chance dans la vie. Ou comment une communauté donne tout son sens aux mots « développement durable ».

2 commentaires dans “L'Inde sur la route de l'écoféminisme ?”

  1. Le 02/05/2013 à 9:34 , Paysannerie dit:

    ça fait du bien de lire de bonne nouvelles de temps en temps 😉

  2. Le 10/05/2013 à 2:59 , road-movie dit:

    Formidable.
    Mais tout de même près de 10 000 roupies (= 180 $) à trouver pour la famille c’est une sacrée somme pour un paysan indien…

Archives