Nous avons marché sur la lune, envoyé des vaisseaux aux confins de l'univers, et pourtant les océans qui couvrent les 3/4 de la surface de notre planète restent encore, pour une très grande part, une enigme. Le projet Interactive oceans, développé par l'Université de Washington, est appelé à devenir le plus grand observatoire marin jamais construit. De quoi faire rentrer la recherche océanographique dans le XXIe siècle.

Un réseau de 900 km de câbles en fibre optique mettra en relation toutes les données et fournira un flux vidéo et audio permanent aux chercheurs, décideurs publics, mais aussi au grand public. Open source, il devrait favoriser la collaboration entre les disciplines et contribuer à sensibiliser la population sur la beauté et la fragilité des océans :
– courants,
– activité volcanique,
– biodiversité,
– niveau s'oxygène,
– montée des eaux,
– cycle carbone,
– activité sismique,
– pression…

En effet, si les méthodes traditionnelles (bateaux scientifiques, satellites, sondes…) permettent d'analyser et de comprendre certains phénomènes, elles restent encore relativement superficielles et ne permettent pas de comprendre toute la mécanique à l'oeuvre dans les fonds marins.

Situé au large de la côte Nord-Ouest des Etats-Unis, le projet Interactive oceans sera opérationnel cet été et marquera ainsi un nouvel élan dans notre compréhension des océans.

Les commentaires sont fermés.

Archives