Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Livelihoods : faire de l’environnement une richesse

10 Juil 2014

1732364699Stanislas Pottier, Directeur Développement durable du Crédit Agricole a accueilli les rencontres Livelihoods mardi 8 juillet, au siège de l’entreprise. L’occasion de découvrir les projets de ce fonds d’investissement dédié à soutenir les communautés rurales démunies dans la maîtrise et l’optimisation de leur environnement. 

Un écosystème disfonctionnel peut considérablement dégrader les conditions de vie et les moyens de subsistance, de communautés déjà très défavorisées. En revanche, un environnement naturel préservé et maîtrisé peut permettre aux populations :
– d’améliorer leur sécurité alimentaire,
– d’augmenter leurs revenus économiques,
– ou encore de produire de l’énergie.
Nature et communautés : tout le monde y gagne.

Soutenu par des grandes entreprises européennes qui s’engagent à réduire leur empreinte écologique (Danone, Schneider Electric, Crédit Agricole S.A…), le Fonds Livelihoods n’est pas une organisation caritative. Les projets fournissent aux investisseurs des crédits carbone de haute qualité, issus de projets qui permettront la séquestration de plus de 7 millions de tonnes de CO2 dans les 20 prochaines années.

 A l’occasion des rencontres du 8 juillet dernier, les résultats concrets du Fonds Livelihoods étaient visibles. Focus sur l’un d’eux.

Naandi (Inde)

Les Adivasi sont des aborigènes d’Inde (Vallée de l’Araku, Andhra Pradesh) parmi les plus pauvres du pays. Organisés en coopératives, ils ont mis en place avec Livelihoods un grand projet d’agroforesterie. Ce mode d’exploitation des terres agricoles associe plantations d’arbres et cultures maraîchères ou de café. L’implantation de l’arbre en milieu agricole permet d’améliorer de plus de 30% la production des parcelles et de les diversifier : production agricole, bois d’oeuvre, bois énergie, fruits, fourrage…
Les paysans exportent aujourd’hui avec succès leur café… jusqu’à Paris !
Quelques chiffres
– 6 millions d’arbres vont être plantés (fruitiers et caféiers),
– 6 000 hectares sont d’ores et déjà restaurés
– 15 000 tonnes de mangues et 500 tonnes de cafés pourront être récoltées à terme par les Adivasi
– 100 000 personnes sont impactées par ce projet.

Ajoutez votre commentaire

*