Et de 3… Ce ministère du développement durable version Hollande n’a décidément de durable que le nom. Delphine Batho évincée, c’est donc Philippe Martin, présenté comme l’un des rares au PS à posséder une vraie « fibre écolo », qui la remplace. Pour combien de temps ?

Après Nicole Bricq, repositionnée au commerce extérieur suite à sa sortie contre les forages exploratoires d’hydrocarbures au large de la Guyane, c’est donc sa remplaçante, Delphine Batho, qui saute à son tour pour avoir critiqué son budget, amputé de 7%. Une volatilité du poste que ne date pas de la prise de pouvoir de François Hollande. Depuis 2002, c’est pas moins de 10 ministres différents qui se sont succédés à ce poste. Quand on prétend vouloir mener une politique de développement durable, avouez que c’est tout de même un comble.

Philippe Martin : un écolo au PS
C’est donc Philippe Martin, 59 ans, député et président du conseil général du Gers mais aussi vice-président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale qui prend place au 246 boulevard Saint-Germain. Ce partisan de la « sociale-écologie » et de « l’éco-développement », s’il est encore peu connu du grand public, bataille depuis longtemps sur le front de la défense de l’environnement : OGM, nucléaire, gaz de schiste… il a été de tous les combats depuis plus de dix ans.
Ses grands faits d’armes :

– Il mène la bataille à l’Assemblée contre Nathalie Kosciusko-Morizet puis Jean-Louis Borloo sur la projet de loi visant à clarifier les conditions de mise en culture de plantes transgéniques et leur inflige un revers inattendu en faisant adopter un amendement limitant la culture des OGM. Siégeant au sein de la Haute Autorité sur les OGM il avait également soutenu la clause de sauvegarde pour suspendre l’utilisation de maïs transgénique Monsanto 810.
– En 2009, il impose le bio dans toutes les cantines du Gers et expérimente des circuits courts avec les producteurs locaux.
– Sous la précédente législature, il copréside la mission d’évaluation sur l’exploitation du gaz et des huiles de schiste au sein de laquelle il lutte contre leur expérimentation
– En 2012, alors que la Californie vient de passer une loi interdisant l’importation et la vente de foie gras de sa région, il organise un boycott des vins californiens.

Philippe Martin est donc un homme de combat, très au fait de tous les dossiers qu’il aura à gérer. Reste à savoir si les ambitions de ce bon vivant et amateur d’armagnac pour l’écologie pourront vraiment s’épanouir dans ses nouvelles fonctions. En coulisse, il se dit déjà qu’il aurait été un des premiers à « grogner » contre la baisse du budget du ministère… tout comme une certaine Delphine Batho.

Ajouter un commentaire

*

Archives