Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Nantes, capitale verte européenne 2013!

05 Déc 2012

En plein psychodrame de l' »Ayraultport » de Notre-Dame des Landes, cette distinction vient récompenser une ville dont, ironie de l’histoire, le maire n’était autre que le Premier Ministre, aujourd’hui sous les feux des écologistes. Un paradoxe qui ne doit cependant pas minimiser la performance de Nantes, qui fait aujourd’hui figure d’exemple.

Le prix de la capitale verte reconnaît la volonté et la capacité d’une ville à :
– limiter et réduire son impact sur l’environnement mondial
– améliorer la qualité de vie de ses citoyens

Les villes candidates doivent répondre à 12 critères concernant : le climat, les transports, les espaces verts, l’utilisation des sols, la biodiversité, la qualité de l’air, la pollution sonore, la gestion des déchets, l’eau, l’assainissement, le management environnemental et la communication.
Nantes a répondu à toutes ces conditions et succéde donc à Vitoria-Gaster (Espagne) à ce palmarès.

La ville bretonne, déjà désignée « ville la plus agréable d’Europe » en 2004 par le magazine Times, est en effet très engagée dans le développement durable. Elle préside le groupe de travail Climat du réseau Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) et intervient ainsi lors des négociations climat des Nations Unies. Elle co-préside également, à l’échelle européenne, le groupe de travail sur le changement climatique d’Eurocities.

Concernant son action concrète sur son territoire, elle a mis en place le Plan Climat Territorial qui devrait permettre à l’agglomération de diviser par 2 ses émissions de gaz à effet de serre, à l’horizon 2015. Un “Plan centre-ville” (2011-2014) pour apaiser la circulation et rendre prioritaires les modes doux, en développant en particulier le vélo, est également en cours.

Nantes en chiffres c’est :

– tous ses habitants qui vivent dans un rayon de 300 mètres autour d’une zone verte ;

– 100 000 arbres ;

– 57m² d’espaces verts par habitant ;

– 15% de ses habitants qui utilisent les transports publics quotidiennement ;

– 60 % de sa superficie terrestre consacrés à l’agriculture ou à des espaces verts ;

– 4 sites Natura 2000 ;

– 33 zones naturelles d’intérêt floral, faunistique ou écologique ;

– …

Bref, un exemple à suivre pour toutes nos agglomérations !

En savoir +

Ajoutez votre commentaire

*