Professeur en Guadeloupe, Yann Vibert, a mis au point un vélo-bureau. Pédaler tout en étudiant, écoutant et réfléchissant… Un concept qui peut laisser perplexe mais semble pourtant faire ses preuves.

C’est en tout cas ce que pense son inventeur, Yann Vibert. Contraint à rester chez lui pendant une période de convalescence, il a commencé par faire du vélo d’appartement tout en lisant et utilisant sa tablette numérique. Petit à petit l’idée a germé de transformer les chaises de ses élèves en vélo-bureaux. Malgré le scepticisme de ses collègues, Yann Vibert demande à la société Teck Active de réaliser deux prototypes pour les tester. Une persévérance qui lui a permis de remporter le concours de l’innovation de Pointe Noire en avril 2016.

Muscler ses méninges…

L’an dernier, quelques vélos-bureaux avaient déjà été mis en place dans le collège de Yann Vibert. Aujourd’hui, c’est près d’une centaine qui est en cours d’installation. Deux classes de son établissement en bénéficient déjà.
Les enfants sont plus calmes et plus à l’écoute selon l’enseignant. Et même s’il reconnaît qu’il « faudra attendre des études plus poussées » pour en estimer l’impact réel il remarque déjà une « amélioration du comportement des enfants atteints de troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité ». Il note également qu’il « facilite les échanges et libère la parole.» Mais au-delà de ses vertus éducatives, son intérêt porte aussi sur la santé des élèves.

 Lire aussi: Cyclotron, un vélo sans roues

… en luttant contre l’obésité !

Pour mener à bien le développement de leur projet, Yann Vibert et Teck Active, ont fait appel au réseau francophone international pour la promotion de la santé. Les vélo-bureaux pourraient devenir une solution pour « rompre les sept heures d’immobilité que connaissent les élèves en cours et ainsi, lutter contre la sédentarité et l’obésité » estime Yann Vibert.
En tout cas, les élèves semblent déjà avoir adopté leurs nouveaux bureaux, et plusieurs entreprises et organismes sont à l’affut. Google, la Caisse générale de la sécurité sociale, l’Ireps ou encore le Centre national de la fonction publique territoriale, ont déjà fait part de leur intérêt pour ce bureau nouvelle génération. Objectif : lutter contre l’absentéisme, améliorer le bien-être du personnel et augmenter la productivité… une solution tout en un qui devrait satisfaire patrons comme salariés !

Ajouter un commentaire

*

Archives