Primo scannez QR Code

© Kevin Lim

Paiement différé, caisse rapide, achat express sur internet… toutes les techniques sont bonnes pour pousser les clients à acheter plus vite et surtout sans avoir le sentiment de dépenser. Après Amazon Go et son magasin sans caisse, Primo se lance dans le paiement par QR Code ou comment faire ses achats sur un quai de métro.

Aujourd’hui, il est possible de tout acheter, tout de suite. Grâce à nos smartphones, il suffit de quelques clics pour trouver une paire de chaussures et la commander. Vendre toujours plus, toujours plus vite semble le nouveau paradigme des grandes enseignes commerciales, Amazon en tête. Après son lancement dans la livraison alimentaire dans l’heure, déjà décriée, l’entreprise a ouvert à Seattle le premier magasin sans caissier, sans caisse et sans borne de paiement. Le paradis des voleurs pensez-vous ? Pas du tout. À l’entrée du magasin, les futurs clients scannent une application qui donne accès à leur compte. Ensuite, des caméras les scrutent durant tout leur shopping. À leur sortie, l’ordinateur compile tous leurs achats et prélève de leur compte la somme correspondante. Résultat, les clients ne savent pas combien ils ont dépensé. De son côté, la startup japonaise Primo, propose une autre expérience où vous achetez n’importe où, d’un seul clic ce qui vous passe devant les yeux.

Lire aussi: l’assurtech française mise sur les startups! 

Achats compulsifs !

Entrepreneur américain installé au Japon depuis 10 ans, Abasa Philips a lancé en octobre dernier l’application Primo. Grâce à elle, plus besoin de se rendre en magasin ou sur internet pour faire ses courses. Une paire de basket sur une pub dans le métro vous plait ? Rien de plus simple pour vous l’offrir. Scannez son QR Code, vous venez de l’acheter et le colis est en route pour votre domicile ! Avec cette solution, Abasa Philips veut mettre fin au « 10 à 15 minutes que les gens doivent attendre » pour enfin accéder à une caisse de supermarché. L’avènement de l’immédiateté!

Après l’Asie, l’Amérique

Si le système des QR Code a du mal à s’implanter en occident, il est plébiscité en Asie, d’où il est originaire. Lancée à l’automne dernier, Primo est déjà utilisée par 90 marques asiatiques. La startup prend, quant à elle, 10% sur chaque vente effectuée via son système. Une levée de fonds d’1 million de $ est en préparation pour conquérir l’Amérique !

Si l’idée peut sembler pratique, elle interroge surtout sur la multiplication des modes d’achat dématérialisés où l’humain et le conseil n’ont plus leur place.

Ajouter un commentaire

*

Archives