Rendez-vous ce soir pour la cérémonie de la remise des Prix Trajectoires HEC au Féminin au siège de Canal +, devant un parterre de 300 invités. Voici une belle occasion de célébrer ces femmes qui écrivent chaque jour le succès au féminin.

Créé en 2007, le Prix Trajectoires HEC au Féminin met en lumière les parcours professionnels de femmes remarquables. Au-delà de leurs succès respectifs, l’idée est surtout de montrer l’incroyable diversité des parcours qui les y ont menés. Dans ce monde en plein bouleversement, les femmes, fortes de leurs capacités d’adaptations, professionnelles et humaines, ont plus que jamais leurs cartes à jouer. Pour s’en assurer, il suffit de lire le livre édifiant de la journaliste américaine Hannah Rosin : The End of Men : And the Rise of Women.

Deux prix seront remis au cours de cette soirée extraordinaire :
– Le prix Trajectoires HEC au Féminin, attribué par un jury de personnalités du monde de l’entreprise et de la société civile, engagées sur la thématique de la mixité.
– Le prix Trajectoires HEC au Féminin « Jeune Pousse » qui récompense les débuts de parcours professionnels particulièrement prometteurs. Sélectionnées par le jury, les nominées seront départagées par un vote en ligne des anciens élèves d’HEC.

Présentation des candidates en lice pour ces deux trophées sculptés par Nathalie Decoster.

Les nominées pour le Prix Trajectoires HEC au Féminin

1. Hélène Fulgence, directrice du développement culturel du musée du Quai Branly, diplômée d’HEC en 1987
Diplômée d’HEC à 22 ans, Hélène Fulgence choisit sa passion : le théâtre, qu’elle va étudier pendant 3 ans. Si elle ne sera pas comédienne, cette expérience la renforce dans sa conviction qu’elle veut travailler dans le domaine culturel. Passée par le centre Georges Pompidou, elle se laisse tenter par l’aventure du musée du Quai Branly qu’il faut construire de zéro. Son succès n’est pas étranger à la contribution active et éclairée d’Hélène Fulgence. Stéphane Martin, le directeur du musée l’a bien compris : « elle possède une gamme de qualités humaines, psychologiques et techniques d’une amplitude rare ».

2. Virginie Helias, directrice du développement durable monde chez Procter&Gamble, diplômée d’HEC en 1988
Si elle a connu un début de carrière plutôt classique chez Procter&Gamble, Virginie Helias n’en a pas moins expérimenté de nombreux aspect, à chaque fois avec grande réussite :
– Elle commence en tant que directrice de l’innovation / business européen de la marque Ariel où elle est chargée de revitaliser la catégorie par l’innovation. Elle est primée plusieurs fois en interne comme en externe pour ses performances.
– Elle devient ensuite Master trainer en charge de maintenir la motivation des employés suite au rapprochement difficile avec Gilette. Elle obtient en 2009 le prix de « Best P&G trainer ».
– En 2010, elle devient Directeur Développement Durable opérationnel, poste dont elle a elle-même réclamé la création.
Un parcours hors-pair pour une femme exceptionnelle.

3. Nathalie Rachou, fondatrice et associée de Topiary finance, administratrice de la Société Générale, d’Altran et de Veolia, diplômée d’HEC en 1978.
Dans le monde du business et de la finance, on ne la présente plus. Pionnière des salles de marché en France (Indosuez), cette mère de 3 enfants prend son indépendance en 2000 en créant une société de gestion d’actifs : Topiary Finance, qui a traversé sans dommages les crises financières, au cours desquelles, elle a même développé son activité. Administrateur et membre du comité d’audit, des risques et du contrôle interne de la Société générale depuis 2008, elle prend une part importante au redressement de la banque suite au scandale de l’affaire Kerviel. En 2012, elle devient également administratrice de Veolia Environnement et d’Altran. Mais c’est encore Jean-François Petit, conseiller de Christine Lagarde qui en parle le mieux : « Nathalie a l’audace, le courage, l’intelligence qui caractérisent l’entrepreneur. Elle fait preuve d’une totale loyauté et fidélité. Une femme énergique, un « drive » exceptionnel, super fiable, souriante, optimiste, fidèle en amitié, pleine d’initiatives. »

4. Nathalie Sergent, directrice des services publics de la Fédération Française de Tennis, diplômée d’HEC en 1988.
Issue de la majeure « entrepreneurs » d’HEC, mais peu attirée par les parcours « corporate », Nathalie Sergent fait le choix d’une expérience professionnelle lui permettant d’allier ses goûts de l’entreprenariat et des défis. Après avoir créé sa marque de produits textiles et accessoires de tennis, la Fédération Française de Tennis lui propose de s’occuper de ses produits et licences pour la marque Rolland Garros. Elle y fait ses preuves et rejoint la direction en charge de l’administration générale et de la billetterie où elle met en place un système de contrôle de gestion. En 2009, elle pilote le passage au format dématérialisé des billets du tournois. Elle boucle le projet en 2 mois au lieu des 6 qui lui étaient impartis. En janvier 2012, elle devient l’une des premières femmes directrices au sein de la FFT. Elle met alors en place une nouvelle organisation fixe un objectif financier de 10% supérieur aux attentes. Son prochain Challenge : l’extension de Rolland Garros à l’horizon 2018. Pas de quoi faire peur à cette femme qui n’a pas froid aux yeux.

Les nominées pour le Prix Trajectoires HEC au Féminin « Jeune pousse » 2013

1. Alice Lopin, Directrice Commerciale et Marketing de Qeeling (marque joaillerie, Hong-Kong), diplômée d’HEC en 2004
Après une expérience en tant que chef de produit en Asie, Alice Lopin par pour les Etats-Unis de 2005 à 2007, où elle devient responsable marques chez LVMH puis chez BCBG Max Azria. De retour à Hong-Kong en 2008, elle investit dans Qeeling, une jeune société avec un projet ambitieux : développer une marque chinoise d’envergure dans le secteur de la joaillerie. Cette globetrotteuse, mère de 4 enfants est également très active en matière de mentoring et s’implique dans diverses actions en faveur de l’accession des femmes aux postes de responsabilité.

2. Christelle Van Ham, consultante indépendante en innovation et impact social des organisations, diplômée d’HEC en 2005.
Sortie d’HEC auréolée de la Liste d’Excellence, qui récompense les 5 meilleurs éléments de chaque promotion, Christelle Van Ham poursuit son parcours par un MBA à l’Université du Michigan (US). C’est lors d’un stage chez Ashoka qu’elle trouve sa voie : l’entrepreneuriat social. De retour en France, elle intervient auprès de différentes structures pour les aider à mieux maîtriser leur impact social et à mettre en place des stratégie innovantes et collaboratives. Elle a notamment travaillé avec Suez Environnement, SFR, La fondation HSBC…

3. Margot Vinez, consultante et doctorante à l’Ecole d’Economie de Paris (PSE), diplômée d’HEC en 2011
Sa vocation : le développement durable. Tout en menant de front ses études, Margot Vinez a participé à pas moins de 9 missions et stages orientés vers le développement de zones ou populations défavorisées. Doctorante, elle se voit confier une mission d’évaluation de l’impact du Projet d’Appui à la Réhabilitation et la Relance du Secteur Agricole en République du Congo. Agée de 26 ans, elle parcourt donc plus de 790 villages de la zone la plus déshéritée du Congo pour assurer la logistique de l’opération et coordonner les équipes. Une vraie aventurière des temps modernes.

Rendez-vous ce soir pour un verdict qui sera forcément difficile. Pour sa part, Décisions durables, partenaire de l’événement, aura l’occasion de revenir plus longuement dans ses pages sur le parcours de lauréates. Bonne chance à elles !

 

 

Ajouter un commentaire

*

Archives