Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Sous le soleil (de Paris) exactement

08 Juil 2013

Depuis la fin juin, les Parisiens peuvent connaître précisement le potientiel solaire de leurs bâtiments grâce au cadastre solaire, un outil inédit réalisé par l’Atelier Parisien de L’urbanisme (Apur). Visite guidée.

Ce cadastre solaire de la capitale donne le potentiel solaire de tous les bâtiments de la capitale (KWh/m2/an) en calculant leur niveau d’insolation. La démarche est très facile : quelques clics suffisent aux propriétaires privés comme publics pour y avoir accès. Un code couleur très simple du potentiel solaire de leur bâtiment est attribué, ce qui permet de prendre la décision d’installer ou non des panneaux solaires sur les toits. « Nous avons fait voler un avions muni d’un capteur permettant de reconstituer tous les volumes et élévations de paris comme la Tour Eiffel. Puis, comme des météorologues, nous faisons tourner le soleil pendant un an sur un ordinateur et regardons les endroits de Paris qui ont pris le soleil et ceux les plus à l’ombre » détaille Julien Bigorgne, ingénieur environnement à l’Apur. Pour Denis Baupin, adjoint EELV en charge de l’environnement à la Mairie de Paris, « ce cadastre est à la fois un outil technique et pédagogique, pour montrer qu’à Paris, on n’a pas de pétrole, mais on a de l’énergie » !

Paris compte bien exploiter son soleil :
– 200 000m2 de panneaux solaires, dont la rénovation de la Halle Pajol devrait être le fer de lance puisque ce sera « la première centrale solaire photovoltaïque de centre-ville en France ». Un objectif atteignable si l’on considère que sur le 31 millions de m2 de toits de la capitale, près de 6 millions sont jugés favorables à la mise en place de panneaux photovoltaïques (ensoleillement supérieur à 1000KWh/m2/an).

Ajoutez votre commentaire

*