Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Asie : alerte aux e-waste !

16 Jan 2017

 

E-waste, déchets électroniques, rapport ONU santé

À l’assaut de la performance et des dernières tendances, les habitants des pays riches et émergents changent de smartphone comme de jean. Si ce comportement répond aux attentes des fabricants, l’ONU alerte sur le danger grandissant de nos déchets électroniques pour ceux qui les recyclent.

L’Université des Nations Unies vient de publier un rapport alarmant sur l’impact des e-waste, les déchets issus de nos appareils électroniques, notamment en Asie. L’étude menée par le professeur Ruediger Kuehr montre qu’en 5 ans, la quantité d’e-waste dans les 12 pays passés au crible, a augmenté de 63%. En cause, trois phénomènes :

  • l’émergence d’une classe moyenne très consommatrice,
  • la multiplication de nouveaux modèles,
  • l’obsolescence programmée de certains produits.

En tête du palmarès, les hongkongais avec 21,7 kg d’e-waste par habitant en 2015, suivis des Singapouriens et des Taïwanais (19 kg).

Lire aussi: Labellenergie, pour une consommation plus responsable! 

Recycler peut tuer

Si la croissance de ces déchets, particulièrement toxiques, est inquiétante pour la planète, elle l’est tout autant pour les hommes. Dans la ville de Giuyu, qui vit exclusivement de la gestion de ces déchets, les métaux lourds ont pollué l’eau et l’air de la ville. Pire, les analyses de sang des enfants de la région montrent un fort taux de plomb. En cause, des conditions d’hygiène et de sécurité déplorables dans les usines de traitement des déchets.
Mais le professeur Ruediger Kuehr pointe également du doigt la médiocre qualité des matériaux de ces produits qui empêche de « les faire réparer et rénover », poussant ainsi les citoyens à la surconsommation. Toujours selon lui, « 99% des déchets électroniques pourraient être recyclés mais ne le sont pas » par manque d’intérêt financier.

Il est temps pour les fabricants de smartphones de prendre leurs responsabilités. S’ils s’y refusent : aux gouvernement de leur imposer des règles de fabrication plus éthiques et aux consommateurs de se tourner vers des produits responsables comme Fairphone. L’enjeu humain, environnemental et économique est immense, mais à notre portée.

 

 

Ajoutez votre commentaire

*