Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Augustin Berque, ou comment construire nos villes et nos paysages
Société

Augustin Berque, ou comment construire nos villes et nos paysages

21 Jan 2022

Entendre la Terre – A l’écoute des milieux humains est un livre qui donne des pistes pour le futur des villes et des campagnes.
Son titre est déjà programmatique : ouvrons nos deux oreilles, une pour la Terre, une pour les hommes, et la synthèse viendra au beau milieu.
Ce livre est une très accessible introduction à la pensée de ce géographe-philosophe-orientaliste, qui a sillonné le monde pour tenter de savoir ce qu’habiter veut dire.

La mésologie, pour comprendre l’humain

Un peu avant les heures sombres du réchauffement climatique et des pandémies, qui menacent de détruire nos habitats et nos sociétés, il propose un nouveau paradigme de pensée et de mode de vie. Pour cela, il a créé sa discipline, la mésologie, l’étude de ce qui est au milieu, c’est-à-dire des relations entre un organisme et son environnement. On imagine ce concept équivalent à celui d’écologie, mais il est bien plus large : il concerne aussi bien la physique, la sociologie que la symbolique.

Et il ne s’agit certainement pas d’une spécialité scientifique, qu’il se serait taillée à sa mesure, mais d’une perspective générale, applicable à tous les domaines. L’interdépendance est une vaste affaire, et la réduire à un ou deux pans de la réalité ne mène qu’à des impasses.

Notre civilisation, dont l’extension planétaire depuis deux siècles aboutit aux déboires que l’on constate partout, doit être redirigée. Son dualisme fondamental et son abstraction scientifique nous ont coupés de notre propre histoire vécue, de celle de tout vivant, et de la diversité des cultures.

Faire dialoguer l’universel et le singulier

Toutefois, il faut se tenir au milieu, sans renier l’universel, seul langage commun à toute l’humanité et qu’il faut distinguer de sa caricature, le déterminisme, et sans se laisser absorber par cette autre caricature de la singularité qu’est le culturalisme, « qui mène à l’ethnocentrisme, lequel n’ouvre qu’à la loi du plus fort »

Il part de l’idée que « Notre être ne se limite pas aux contours de notre corps individuel. Il s’étend au-delà de notre corps médial, c’est-à-dire dans notre milieu, innervé et animé par nos systèmes techniques et symboliques. »

Ainsi, en créant notre milieu, nous nous créons. Les paysages, aussi bien urbains que ruraux, ne sont pas le décor de nos vies, ils sont une partie de notre vie. Habiter, c’est exister. Mal habiter c’est mal exister. Il convient donc d’apporter le plus grand soin à la fabrication de nos quartiers, de nos villes et de nos campagnes. « L’important, c’est plus un projet d’habiter qu’une production de logements », nous rappelle-t-il.

Augustin Berque – Entendre la Terre A l’écoute des milieux humains
Editions Le pommier – 180 pages – 18 €

Ajoutez votre commentaire

*