Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

CityTree croque la pollution

09 Sep 2016

cnzewcywaaejghd

La Banque mondiale a dévoilé, jeudi dernier, un rapport concernant la pollution de l’air. Résultat, elle est responsable du décès prématuré de 2,9 millions de personnes en 2013. Pour la combattre, le projet CityTree propose de la manger, au sens littéral du terme.  

Initié par Denis Onus, Victor Splittgerber, Wu Liang et peter Sänger, le projet CityTree vise à réduire la pollution présente dans les villes grâce à une mousse un peu spéciale découverte par des universitaires allemands.
Des bactéries, présentes à la surface de la mousse, attirent les particules de matière polluées et les absorbent. Après cette ingestion, les bactéries meurent et servent de nourriture à la mousse. La pollution devient finalement une source nutritive.
Installée sous la forme d’un mur végétal carré de 4 mètres de haut, chaque unité se compose de 1600 pots de mousse accrochés à une structure en acier. Aussi esthétiques qu’écologiques, les CityTree se veulent des composantes à part entière des smart cities de demain. Plusieurs villes en Allemagne, en Norvège, à Londres, Hong Kong et même à Paris, place de la Nation ont déjà adopté le concept.

Lire aussi: Une nuée de drones pour planter 1 milliard d’arbres

Smart green city
Ces CityTree sont écologiques mais aussi technologiques. L’installation de capteurs reliés permet:
– de réguler les besoins de la mousse en lui apportant uniquement l’eau et les nutriments dont elle a besoin grâce à internet,
– de récolter des informations sur la qualité de l’air, le climat ou encore le traffic autour du CityTree.

Et pour être « green » jusqu’au bout, chaque installation est dotée d’un récupérateur d’eau de pluie.
Selon Denis Onus, « chaque mur remplacerait l’équivalent de 275 arbres tout en nécessitant 99% d’espace en moins ». À titre d’exemple, l’installation « 150 à 200 unités à l’université de Hong Kong permettrait de réduire la pollution à Wan Chai de 30% ».
Mais la qualité de l’air a un coût, plutôt important : 25 000€ par installation en Europe et 35 000€ en Asie à cause des frais de transport.

Une initiative à associer à d’autres solutions comme l’utilisation du vélo !

1 commentaire
  1. installation du city tree au parlement européen :
    est-ce une blague ?
    ce mobilier urbain mesurant la qualité de l’air est placé là où il y a zero trafique, est-ce une blague ? mais pourquoi ne plas le déplacer rue de la Loi ? arrêtons l’hypocrisie !

Ajoutez votre commentaire

*