Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Déconfinement : Paris en selle !
Société

Déconfinement : Paris en selle !

20 Mai 2020

Avec le déconfinement, le vélo s’affirme comme un mode de transport incontournable chez les Français. Les villes ont dû adapter leurs systèmes de mobilité et créer des pistes temporaires, les « coronapistes ».

« Dans la mesure du possible, envisagez de faire du vélo ou de marcher ». C’est ce qu’a recommandé l’OMS, le 21 avril dernier, dans de nouvelles directives techniques sur les déplacements pendant l’épidémie du Covid-19. Les villes du monde entier ont donc repensé leur système de mobilité et aménagé des pistes cyclables provisoires, offrant aux cyclistes et aux piétons un espace généreux habituellement attribué aux automobilistes.

Hausse de la fréquentation des pistes cyclables

Dans la capitale, si le trafic avait baissé de 87% le 17 mars, en raison de l’interdiction des déplacements non essentiels et professionnels, on constate une vive reprise des trajets à vélo depuis le 11 mai. Vélib, qui avait anticipé la demande en mettant à la disposition des Parisiens plus de 19 000 vélibs, annonce une fréquentation « comparable à celle de début mars, avant le confinement ». Les trajets se concentrent plutôt sur l’après-midi. Par ailleurs, la location de vélo électrique est plus fréquente, et les déplacements plus longs (+33% en moyenne) et plus importants entre Paris et la proche-couronne. Il est donc probable que ces chiffres traduisent une préférence pour le vélo, qui permet d’éviter la promiscuité des transports en commun. Et, avantage non négligeable, Paris respire !

Des « coronapistes » en Île-De-France

Des aménagements ont été prévus à l’échelle de la ville mais aussi régionale. Le 21 avril dernier, la région Ile-de-France a officialisé son soutien financier au projet de RER vélo, un réseau de neuf itinéraires sécurisés imaginés par le Collectif vélo Ile-de-France, qui fédère une trentaine d’associations. Ces 650 km de pistes cyclables seront en mesure de relier le centre de Paris à des banlieues clés. 300 millions d’euros seront alloués à la création de nouvelles infrastructures, dont des « pistes cyclables corona » temporaires. « On a signé rapidement et maintenant car la crise sanitaire actuelle nous oblige à repenser notre système de mobilité », a déclaré Valérie Pécresse, présidente d’Île-de-France. Ailleurs en France, 116 autres villes, dont Lille, Dijon, Rouen, Le Mans et Saint-Étienne, prévoient de construire des pistes cyclables temporaires pour les prochains mois.

Ajoutez votre commentaire

*