Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Découverte d’une enzyme dévoreuse de plastique
Innovation - Tech

Découverte d’une enzyme dévoreuse de plastique

25 Avr 2018

En étudiant une enzyme découverte au Japon il y a quelques années, des chercheurs l’ont fortuitement améliorée pour la rendre capable de détruire le plastique.

Les initiatives se multiplient depuis des années pour tenter de nettoyer et de limiter l’évolution du continent de plastique. Malgré cela, la pollution plastique des océans s’accroît de seconde en seconde. De 206 kilogrammes par seconde, pour être exact. Une découverte hasardeuse suscite depuis quelques jours un peu d’espoir : des chercheurs américains et britanniques ont conçu, sans le vouloir, une enzyme permettant de décomposer le plastique PET en quelques jours. Lors de la publication de l’étude, dans les comptes-rendus de l’Académie américaine des Sciences (PNAS), l’équipe a annoncé son intention d’améliorer encore les performances de l’enzyme dans l’espoir de l’utiliser dans un procédé industriel.

« Bien que l’avancée soit modeste, cette découverte inattendue suggère qu’il reste de la marge pour améliorer davantage ces enzymes, pour nous rapprocher encore d’une solution de recyclage pour cet amas de plastique en constante croissance et dont personne ne semble considérer l’importance » a déclaré John McGeehan, professeur à l’école de sciences biologiques à Portsmouth.

Prudence

Le quotidien Suisse Le Temps appelle à rester prudent face à cette découverte, qui “risque de faire croire, à tort, qu’il est possible de continuer à consommer du plastique au rythme actuel, puisque des inventions vont toujours nous sauver la mise.” Il va de soi que les technologies visant à débarrasser les océans de la pollution plastique ne doivent en aucun cas se substituer aux efforts visant à réduire cette pollution à la source. Le Temps rappelle qu’aucune enzyme ou autre invention ne pourra rivaliser avec la frénésie consumériste des humains. Respecter la planète passe d’abord par un changement de nos habitudes de consommation et nos modes de production.

Ajoutez votre commentaire

*