Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Des légumes rustiques relancés dans un Institut lyonnais
Innovation - Société

Des légumes rustiques relancés dans un Institut lyonnais

19 Avr 2019

Les graines de légumes locaux disparus ont été retrouvées dans une banque de semences russe, qui a ouvert une succursale à Lyon pour relancer leur cultivation.

C’est à l’Institut Vavilov, à Saint-Petersbourg (Russie), que des graines de “haricots de Lyon” et de chou “quintal d’Auvergne” ont été retrouvées, des décennies après avoir disparu. Cette banque de semence, la plus ancienne au monde, compte 350 000 variétés. Le 11 avril, elle a ouvert un institut à Lyon. Les enjeux sont multiples :
– conserver et multiplier les semences,
– cultiver la biodiversité,
– repérer les plantes résistantes aux maladies, à la sécheresse, et à d’autres hasards climatiques,
– et redistribuer le patrimoine génétique des plantes dans leurs lieux d’origine.

La diversité pour lutter contre le réchauffement climatique

Avec un centre de documentation, une pépinière et une boutique, la station Vavilov de Lyon agira en parallèle de son homologue russe. En faisant pousser les espèces selon les mêmes procédés, les botanistes pourront comparer leur capacité d’adaptation et l’évolution de leurs qualités nutritionnelles. L’idée est de faire fructifier la biodiversité à nouveau. Un enjeu de taille : sur les 70 dernières années, 80 % de la ressource génétique cultivée a disparu, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Hors, la diversité végétale est la seule arme efficace pour améliorer la résistance des plantes aux changements climatiques.

Ajoutez votre commentaire

*