Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Early metrics : la Standard & Poor’s des startups !

26 Sep 2016

evaluation-1516644_640

L’écosystème des startups est en plein essor et déterminer leur potentiel s’avère parfois complexe. Pour s’y retrouver dans cette jungle et aider les investisseurs, la startup Early metrics propose à ses clients de noter les startups.

Contrairement aux agences de notation des Etats, les analyses de la startup française se basent sur 50 critères regroupés en 3 piliers : fondateur et management, projet et technologie puis écosystème et marché. L’évaluation est effectuée séparément par deux analystes « salariés de l’entreprise et spécialisés dans un secteur » explique Antoine Baschiera, co-fondateur de la startup avec Sébastien Paillet. « A partir de 75 sur 100, on peut considérer que c’est une pépite à haut potentiel » ajoute t-il.
L’équité d’Early metrics passe aussi par la transparence de son financement. Fonctionnant uniquement sur fonds propre, l’entreprise n’a reçu aucun investissement et n’est rémunérée que par ses clients (entreprises, fonds d’investissement) à l’acte ou par abonnement. La méthode en a déjà convaincu plus d’un !

Lire aussi: Levée de fonds record pour les startups en 2015

Ambitieuse
En à peine 2 ans d’existence, Early Metrics a déjà évalué 700 startups et prévoit de réaliser un chiffre d’affaire d’un million d’euros en 2016 selon ses fondateurs. Parmi leurs clients : Orange, Renault ou encore le Crédit Agricole. Mais la startup ne se limite pas à l’Hexagone et a déjà franchi la Manche pour s’installer à Londres. Elle vient même d’ouvrir un bureau à Tel Aviv. Une extension qui démontre l’ambition clairement affichée par la startup sur son site, à savoir « devenir la première agence de notation mondiale » et se développer à « l’international d’ici les 24 prochains mois ».

Une startup ambitieuse donc… mais quelle note obtiendrait-elle à son propre baromètre ?

 

Ajoutez votre commentaire

*