Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
En ce début d’automne, être un chêne…
Société

En ce début d’automne, être un chêne…

20 Oct 2022

Le début de l’automne est une saison propice aux promenades en forêt. Une saine activité, que l’on peut pratiquer seul, en famille ou avec des amis, à pied ou à vélo. A nous les allées dorées (des Versailles en pagaille…), les parterres bruissants de feuilles, les loges secrètes.

A propos de domaine royal, celui de Rambouillet abrite aussi des merveilles. En particulier un chêne, 240 ans d’âge, en pleine maturité. Il est superbe, si superbe qu’un biologiste en est tombé amoureux, et qu’il en a fait « son » arbre. Certains ont un ange gardien, Laurent Tillon a son « arbre-compagnon », qu’il visite depuis son adolescence, depuis qu’il a posé sous ses ramures son vélo pour remettre une chaîne déraillée.

Il retrace son histoire intime avec cet arbre, qu’il replace dans une geste grandiose, celle de la biologie, depuis un demi-milliard d’années, et dans une geste un peu moins glorieuse, celle des hommes, où ce « Roi des forêts » a bien failli se faire trancher la tête, et brûler…

Qu’est-ce que le chêne a de remarquable pour avoir pris cette place dans notre imaginaire, plus majestueux encore que le lion des savanes ? Sa taille, bien sûr, et sa présence inévitable, puisqu’il occupe l’espace d’une manière plus découplée qu’un hêtre, l’autre habitant privilégié de nos forêts, et a fortiori qu’un bouleau ou un frêne.

Mais c’est aussi, et cela nous ne l’avons appris que récemment, qu’il est doté d’une incroyable richesse biologique. Laurent Tillon le confirme : « Le chêne est l’arbre sur lequel on trouve en effet le plus d’espèces animales et végétales, mais aussi de micro-organismes. »

Exercice de naturalité

Voilà donc un souverain généreux, qui ne ménage pas ses largesses envers tous ses hôtes.
Alors, avant d’embarquer votre famille dans votre prochaine promenade, lisez ce livre, vous verrez la forêt sous un autre œil. Elle est bien plus qu’un spectacle enchanteur. Vous découvrirez une vie intérieure (qui n’est pas plus l’apanage de la vie animale et humaine).

Vous pourriez tester cet exercice, que l’auteur propose : « Posez par exemple vos mains contre le sol, sur ses racines, et levez la tête pour regarder les frondaisons. Et laissez-vous enivrer par les rythmes de la nature. Écoutez le son du vent dans les feuilles. Si besoin, fermez les yeux un instant. Puis rouvrez-les et observez-le. Scrutez chacune des formes qui le composent. Vous l’appréciez parce qu’il est tel qu’il est. Sa forme, son être sont le reflet de son histoire et de celle de son environnement qui l’a progressivement sculpté. » 

PS. : Ne cherchez pas l’arbre de Laurent Tillon, qui pourrait souffrir d’un afflux de visiteurs. Cherchez plutôt le vôtre !

Être un chêne – Laurent Tillon – Editions Actes Sud – Collection Mondes sauvages –

Ajoutez votre commentaire

*