Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Fairbooking : réservez local !

02 Août 2016

maldives-666122_640

La concurrence est rude dans le secteur du tourisme. Et depuis quelques années, difficile d’échapper aux comparateurs pour trouver son hôtel. Un monopole auquel les commerçants ont déclaré la guerre. Leur arme : Fairbooking !

Intéressants pour le client mais beaucoup moins pour les professionnels du secteur, ces intermédiaires récupèrent 15 à 30 % de commissions sur chaque réservation effectuée. Une somme non négligeable, surtout dans la conjoncture actuelle. Des hôteliers nantais ont donc décidé de créer leur propre plateforme de réservation, directe, collaborative et sans frais: Fairbooking. Une fois l’hébergement choisi, le client est redirigé vers le site du commerçant pour y finaliser la transaction. Plus d’intermédiaire, plus de commission mais des avantages pour le consommateur: sur-classement, petit déjeuner offert ou réduction de 5 à 10% sur la chambre. Un concept en développement…

(re)prise de pouvoir
En 3 ans, l’association a réussi à fédérer 2720 hôteliers, soit 12% du parc français, et propose des hébergements dans 44 pays. Elle vient même d’intégrer la fédération nationale l’hôtellerie de plein air (FNHPA) et l’association des hôteliers du Québec. De quoi élargir encore son offre au moment où la loi Macron 2 vient également à leur secours en revenant sur les contrats passés entre Booking et les hôteliers qui interdisaient à ces derniers de vendre une chambre moins chère que le comparateur. L’occasion pour les hôteliers de reprendre le contrôle des prix.

Lire aussi: 1083, le jean écolo et Made In France

Humanisons l’économie
Pour Pascal Droux, nouveau président de l’association, Fairbooking doit s’imaginer comme « une véritable communauté, un écosystème reposant sur un nouveau modèle économique : social, solidaire et juste ». Ainsi, un hôtelier qui affiche complet « redirigera tout simplement les clients chez un de ses confrères » ajoute le président. Mais le modèle pourrait également s’avérer intéressant pour l’Etat puisque les intermédiaires, contrairement aux commerçants, ne paient pas d’impôts en France. Les frais de commission ne devraient donc plus s’évader hors de l’Hexagone…

 

À condition que les clients jouent le jeu… La balle est dans votre camp !

Ajoutez votre commentaire

*