Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

FarmErasmus : l’école européenne du bio !

06 Mar 2017

FarmErasmus l'école européenne du bio

Greenpeace s’est inspiré du célèbre programme étudiant Erasmus pour créer FarmErasmus. Un projet qui vise à mettre en relation des agriculteurs européens pour qu’ils échangent sur leur pratique.

L’agriculture française et européenne connaît des difficultés et peine souvent à faire face à une concurrence de plus en plus accrue. Le bio est devenu une alternative mais ce changement de cap ne se fait pas sans heurt. Pour les aider, Greenpeace a élaboré un programme qui permet aux agriculteurs français et étrangers de se rencontrer et d’échanger sur leurs méthodes de travail. Cette première session ouvre ses portes à la Belgique, la Bulgarie, la France et la Grèce.

Le bio made in France

Première expérience dans le Loir et Cher, à la ferme de la Guilbardière que Gilles Guellier a transformé en exploitation bio depuis 1994. Un an plus tard, Anne Martin le rejoint dans son aventure et monte un projet d’éducation. Chaque année, 1 700 visiteurs franchissent ainsi les portes de leur ferme. Leur objectif : montrer les bienfaits d’une agriculture saine et respectueuse de l’environnement. Les 4 agriculteurs étrangers reçus via le programme FarmErasmus sont, eux aussi, venus chercher des bonnes pratiques à mettre en œuvre dans leurs propres exploitations.

Lire aussi: Agriculture: la Biovallée ne connaît pas la crise

Le bio bulgare, plus artisanal

Deuxième volet : la Bulgarie où 4 agriculteurs français ont découvert les rouages de la culture biologique bulgare, bien plus artisanale. En effet, la traite des brebis se fait toujours à la main. « C’est là qu’on voit la frontière entre nos deux agricultures » s’exclame Jean-Bernard. Les Français ont également pu rencontré des fabricants de miel, des producteurs laitiers ou encore un meunier

Motivation, détermination, conviction… l’agriculture biologique : une communauté qui dépasse les frontières !

Ajoutez votre commentaire

*