Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Grapheal : un pansement intelligent pour accélérer la cicatrisation des plaies chroniques
Innovation - Tech

Grapheal : un pansement intelligent pour accélérer la cicatrisation des plaies chroniques

28 Oct 2019

La startup grenobloise Grapheal a mis au point un patch à base de graphène permettant d’accélérer la cicatrisation et de surveiller les plaies à distance. Une innovation inédite au monde qui lui a récemment valu le 3e prix du concours EDF Pulse.

Après des années de recherches sur les propriétés du graphène, Vincent Bouchiat, ancien chercheur au CNRS, a lancé la startup Grapheal pour optimiser les soins des plaies chroniques, qui touchent 2 millions de personnes en France. Prisé pour sa résistance, sa flexibilité et sa conductivité, le graphène est un cristal qui a jusqu’alors suscité l’intérêt des domaines du transport et de l’énergie. L’équipe du chercheur lui a cependant trouvé une nouvelle qualité : “il est biostimulant et permettait de détecter des phénomènes biologiques avec précision sur la durée”, expliquent-ils

Éviter les amputations avec une meilleure gestion des plaies

Intégré à des pansements, le matériau, validé non toxique par un organisme certifié, permet :
– d’accélérer la cicatrisation par électrostimulation,
– et de suivre à distance l’évolution de la plaie grâce à des biocapteurs.

Des pansements connectés, donc, pour améliorer la qualité et la rapidité de la prise en charge et du suivi de ces plaies, qui sont souvent difficile à guérir autrement que par amputation. En France par exemple, 10 000 patients diabétiques ressortent amputés, sur 120 000 personnes admises aux urgences pour des ulcères aux pieds. 

La startup vient de recevoir le 3e prix du concours national de startups EDF Pulse. “Au-delà du caractère inédit des projets primés, ce sont aussi les qualités communes de ces pionniers de l’innovation qui ont fait la différence face au Grand Jury : des équipes très solides, des pitchs clairs et enthousiastes, une vraie maîtrise des solutions de bout en bout”, peut-on lire sur le site.

Ajoutez votre commentaire

*