Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Hornsea Project II : l’éolien offshore poursuit sa route au RU !

12 Sep 2016

 

wind-turbines-1117824_640

Le 16 août dernier, Theresa May a renforcé les doutes d’EDF sur la poursuite du projet d’Hinkley Point, en autorisant l’extension du projet de ferme éolien offshore Hornsea Project.

 Débuté en 2010, le Hornsea Project I se targuait déjà de devenir le plus grand parc éolien offshore au monde d’ici 2020 avec 174 éoliennes et une capacité de 1,2MW. Mais la réalité pourrait bien surpasser les désirs des écologistes britanniques. En autorisant l’extension du projet, le gouvernement ouvre la mer du Nord à :
–  300 turbines,
– d’une capacité de 1,8 MW (un peu plus qu’une centrale nucléaire EPR),
– capable de fournir l’électricité nécessaire à 1,6 million d’individus.

A condition que l’entreprise danoise qui en gère la construction, Dongo Energy, en accepte le financement. Son petit frère avait déjà coûté 7 milliards d’euros à la compagnie. Mais Brent Cheshie, président de Dong Energy au RU, voit surtout dans cette seconde phase « une nouvelle chance de développement de l’éolien ». Une route que semble vouloir prendre le gouvernement.

Lire aussi: Belgique, un atoll énergétique pour stocker l’énergie éolienne

Qui sème le vent, récolte de l’énergie
Le Royaume Uni possède déjà plusieurs parcs éoliens offshores dont le plus grand au monde, le London Array d’une capacité de 630 MW. Des installations qui fournissent déjà 5% de la consommation électrique du pays, un niveau qui pourrait même atteindre les 10% d’ici 2020 selon les experts. Car le gouvernement compte bien poursuivre sur ce cap. En 2015, il a déjà autorisé la construction du parc Dogger Bank Creyke Beck et a même décidé de s’investir financièrement dans les énergies renouvelables, en allouant une enveloppe de 843 millions d’euros à leur développement.

Une bonne nouvelle pour la planète !

 

Ajoutez votre commentaire

*