Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

JokkoSanté : la pharmacie gratuite, collective et connectée

28 Juin 2016

 

SI Exif

Au Sénégal, 60% de la population ne dispose pas de couverture médicale, ce qui conduit beaucoup d’habitants à s’auto-médicamenter ou ne pas se soigner. Adam Kane, un ingénieur en télécommunication, a mis sur pied une solution qui pourrait profiter à tous, bien au-delà de l’Afrique.

L’idée repose sur l’association d’une application et d’une plateforme de récupération, de stockage et de partage de médicaments. Pour en profiter, il suffit de :

  • créer un compte via internet ou son mobile,
  • déposer les médicaments inutilisés dans un centre de santé du réseau,
  • ce qui crédite automatiquement des points sur son compte,
  • qui peuvent ensuite être dépensés pour un futur achat ou donnés à quelqu’un d’autre.

Les entreprises et les particuliers peuvent également effectuer des dons transformés en point et redistribués aux citoyens les plus démunis. Des dons externes essentiels puisqu’ils permettent de financer 90% des activités du site d’après les premiers retours du terrain.

Résultats probants
Grâce à Orange, Adam Kane a en effet ouvert un premier centre d’échanges à Passy (Sénégal), quelques mois seulement après la création de son application. Et l’engouement a été immédiat. En à peine 6 mois, plus de 600 personnes s’y sont inscrites. Lamine Sylla, une des bénéficiaires, avoue que ce système a changé sa vie. « Avant, je devais choisir entre acheter les médicaments ou nourrir ma famille » témoigne-t-elle. Désormais, c’est fini ! Et contrairement aux idées reçues, le concept ne « fait pas concurrence aux pharmacies car les bénéficiaires n’avaient pas les moyens d’acheter de médicaments » souligne Adam Kane.

Lire aussi: La santé à portée de clic

Vers l’Afrique…
Gagnante du prix de l’Entreprenariat africain 2015, la société a reçu une aide de 150 000 euros. Une somme qu’elle cherche à doubler via à une levée de fonds afin d’atteindre son objectif : l’ouverture de 30 nouveaux centres d’ici la fin de l’année dans le pays. Le fondateur discute également avec les hôtels afin de récupérer les médicaments laissés derrière eux par les touristes. Et il avoue volontiers qu’il espère un jour conquérir tout le continent ! Des gouvernements voisins ont déjà manifesté leur intérêt.

… et au delà !
Si l’application démocratise l’accès aux médicaments, elle réduit également le gaspillage et pourrait bien inspirer plus d’un pays européen comme la France dont la moitié des produits pharmaceutiques achetés chaque année n’est pas utilisée !

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajoutez votre commentaire

*