Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

La santé à portée de clic

26 Avr 2016
Nurse_administers_a_vaccine_(1)
Photographe: Rhoda Baer

Constat étonnant à l’ouverture de la semaine européenne de la vaccination, le 25 avril 2016 : seule la moitié des adultes français dispose d’un carnet de santé. Une situation qui pose problème, notamment pour le suivi des vaccinations, mais qui pourrait bien être résolue par la création d’un carnet de vaccination électronique. La Région Rhône-Alpes va tester le dispositif.

Le 25 avril, un groupe de médecins libéraux lançait le carnet de vaccins électronique auprès de 230 000 habitants de la région lyonnaise. Initié dans le cadre du programme Territoire de soins numériques (TSN), son expérimentation débutera dans un premier temps auprès de cinq pédiatres, cinq généralistes, deux pharmaciens et deux sages-femmes. Avant d’être étendue à 200 autres professionnels de santé du territoire à partir du mois d’octobre. D’une durée d’un an, ce passage au numérique doit « permettre de regrouper les informations, d’éviter les pertes de données, de faire des recommandations et de sensibiliser à l’importance de certains vaccins » détaille le docteur Jean Stagnara, coresponsable du projet. Un signal de rappel sera également émis lorsque les vaccins atteindront leur date limite de validité. Une première évaluation aura lieu en mars 2017. Si le dispositif s’avère concluant, il sera ensuite déployé à l’échelle nationale.

Souviens toi de l’année 2004…
L’idée d’une santé dématérialisée est séduisante mais sa mise en œuvre n’est jamais simple. On se souvient du flop du dossier médical personnel initié en 2004 et qui devait rassembler l’historique médical du patient. Si 75% des Français s’y disaient favorables, seuls 400 000 y avait souscrit…

Cette fois, c’est la bonne?
Le gouvernement n’a cependant pas renoncé à l’idée, qu’il a relancée en 2014 sous le nom de dossier médical partagé et qu’il souhaite mettre en place d’ici 2017. L’expérience sur les vaccinations en Rhône-Alpes devrait lui permettre de prendre la température des citoyens sur ce projet.

Ajoutez votre commentaire

*