Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

La STAR du bloc!

11 Mai 2016

La révolution des robots est en marche. Plongeur, conducteur, assistant personnel, peintre…ils peuvent tout faire, même opérer ! Les progrès et les recherches dans ce domaine se multiplient. Et pour la première fois, un robot a réussi une opération sur des tissus mous, difficiles à contrôler. 

Il aura fallu plus de 4 ans aux chercheurs de l’université John-Hopkins, à Baltimore, pour mettre au point STAR, pour Smart Tissue Autonomous Robot. Ce bras télémanipulateur a suturé un intestin de porc, une chirurgie complexe. Ses prédécesseurs, eux, se  contentaient souvent d’assister des chirurgies osseuses.
Sur les 5 tests menés, tous ont réussi. Les animaux n’ont même subi aucune complication. Une bonne nouvelle lorsque l’on sait que 30% des opérations de ce type se concluent par des fuites ou des blocages.
« La machine a surpassé le chirurgien » s’exclame Peter Kim, un des utilisateurs, professeur de chirurgie à l’université Georges Washington. Une prouesse rendue possible grâce à un concentré de technologie.

Zero stress, zero faiblesse
Doté d’un système de traçage fluorescent et d’une vision 3D, le robot reçoit des images haute définition de l’opération. Couplé à un algorithme détectant les mouvements des tissus en temps réel, ce dispositif permet au robot de s’adapter aux imprévus. Et contrairement à l’homme, il ne connaît ni le doute, ni l’hésitation.
Si les chirurgiens ont surveillé toute l’opération, le bras « aurait pu la réaliser seul » estime Peter Kim avant d’assurer que le but n’est pas de remplacer les praticiens, seulement de « réduire les complications et d’assurer la sécurité du patient. » Chaque chose à sa place donc.

Lire aussi: Robot ou Rembrant?

Prometteur
D’autant que la suture réalisée a duré entre 35 et 57 minutes suivant les opérations contre 8 minutes en moyenne pour un chirurgien. Des progrès doivent encore être réalisés avant tout test sur des hommes.
Mais la réussite d’une telle opération constitue une petite révolution dans la sphère de la médecine robotique et pourrait réellement améliorer la rémission de plus d’1 million d’américains subissant ce genre d’acte chaque année.

 

Ajoutez votre commentaire

*