Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

La Suède veut dire « adjö » à l’obsolescence programmée

22 Sep 2016

service-428539_640

La bonne volonté ne suffit pas toujours à faire évoluer les mentalités et les pratiques. Pour pousser ses citoyens à se tourner d’avantage vers la réparation de leurs objets plutôt que la déchetterie, le gouvernement suédois cible…leur portefeuille !

Pas de taxe supplémentaire, bien au contraire ! Les suédois qui choisiront de faire réparer leurs vélos, leurs chaussures, leurs vêtements et leurs petits électroménagers bénéficieront peut-être bientôt d’une réduction de la TVA : de 25% actuellement à 12% à l’avenir ! La proposition du Parti social-démocrate et du Parti de l’environnement – Les Verts, majoritaires dans le pays, s’accompagnera d’un deuxième volet consacré aux gros électroménagers. Réparer son four, sa machine à laver ou son réfrigérateur donnera droit à une réduction d’impôt de 50% sur le prix de la main d’œuvre.
Une manière, pour le gouvernement de redynamiser ce secteur et même d’y créer des emplois qui pourraient intéresser les migrants.

Lire aussi: Le REPAIR des bricoleurs!

Makers
Depuis 1990, la Suède a déjà réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 23% et plus de la moitié de l’électricité qu’elle génère provient d’énergies renouvelables. Mais le gouvernement veut aller encore plus loin en suivant la tendance internationale et notamment le « mouvement des makers » précise Per Bolund, le ministre des marchés financiers et du commerce. « Le pays connaît un changement d’orientation mais nous avons encore besoin d’accroître nos connaissances et de réduire notre consommation de biens matériels » ajoute t il.
Discutées en décembre au Parlement lors de l’étude de la loi de finance 2017, les propositions du gouvernement coûteraient 48 millions d’euros à l’Etat. Un chiffre qui ne tiennent cependant pas compte des gains environnementaux et économiques collatéraux d’une telle mesure.

Une telle loi enverrait un message fort aux industriels : mettre fin à l’obsolescence programmée et fournir davantage de pièces détachées. Une voie dans laquelle l’entreprise française SEB s’est déjà engagée.

* adjö = adieu

Ajoutez votre commentaire

*