Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Labellenergie : pour une consommation plus responsable !

29 Nov 2016

laundry-413688_640

Après les voyages, les hôtels, les restaurants, l’électroménager disposera bientôt de son propre comparateur. Mais avec Labellenergie, l’évaluation se concentrera sur l’impact environnemental des produits et pas uniquement sur son prix. Une manière de responsabiliser l’achat citoyen, mais aussi les fabricants.

Consommation locale, utilisation du vélo et de la trottinette sont devenus de véritables styles de vie. La conscience écologique des français se développent et touchent de plus en plus de secteur économique comme les produits électroménagers. « L’environnement est devenu un critère d’achat aussi important que le design» explique Florent Blondin, un des fondateurs de la startup Labellenergie, qui précise néanmoins que « le premier critère reste le prix ». Seul problème pour le client : l’accès à l’information. C’est pourquoi Florent Blondin et Stuart Corring ont décidé de développer Labellenergie, une application capable de vérifier l’impact environnemental et le prix de produits électroménagers.
Pour se faire, les deux associés se basent sur les données des fabricants qu’ils vérifient. « En cas d’incohérence, nous ne mettons pas les produits en ligne » souligne Florent Blondin. Un gage de qualité !
Une fois son choix effectué, le client est redirigé vers un site marchand pour effectuer l’achat. Ce dernier reverse alors entre 1 et 10% du prix d’achat à la startup française.

Lire aussi: La GreenTech prend son envol

Modifier les comportements
Ancien conseiller auprès d’entreprises sur le changement climatique et l’épuisement des ressources, Florent Blondin s’est rendu compte que les « responsables ne prenaient pas assez en compte les données sur le cycle de vie des produits qu’ils avaient à leur disposition ».
En leur montrant que l’impact environnemental d’un produit est un critère d’achat pour le consommateur, les deux jeunes entrepreneurs veulent pousser les industriels à améliorer le caractère écologique de leurs produits. Une idée qui fait écho à la dernière campagne de communication de l’entreprise Seb dans laquelle elle s’engage à fournir les pièces détachées de ses produits pendant dix ans. Une manière de se démarquer de la tendance à l’obsolescence programmée.
Et si la startup s’attaque d’abord à l’électroménager, elle entend bien s’emparer dès 2017 de la téléphonie.
Un projet qui a aussi du sens pour le ministère de l’Environnement, qui n’a pas hésité à incuber la startup dans son accélérateur GreenTech.

Preuve, encore une fois, que le changement viendra des citoyens !

 

 

2 commentaires

Ajoutez votre commentaire

*