Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Le Green Deal européen à l’épreuve du Coronavirus
Société

Le Green Deal européen à l’épreuve du Coronavirus

29 Avr 2020

À l’initiative de l’eurodéputé français Pascal Canfin (Renew Europe), « l’alliance pour une relance verte » appelle dans sa tribune, publiée mardi 14 avril, à mettre en œuvre des plans qui s’inscrivent dans la transition écologique. Mais la partie n’est pas encore gagnée.

Faire de la relance économique post Covid-19 une opportunité pour le climat. C’est le point de mire de la tribune publiée par « alliance pour une relance verte » dans plusieurs médias européens dont Le Monde. Avec les mesures de confinement décidées par les États européens, l’économie a subi un choc sans précédent et nécessitera un plan de relance ambitieux. Le montant total des mesures adoptées par l’Union européenne pour lutter contre les effets de la pandémie s’élève à 3 200 milliards d’euros.

Une économie neutre en carbone

Pascal Canfin, président de la Commission de l’environnement et de la santé publique du Parlement, demande à ce que ces investissements de relance économique encouragent la création d’une économie neutre en carbone. « Des projets de transition vers la neutralité climatique comme le Green Deal européen ont le potentiel pour reconstruire notre économie sur la base d’un nouveau modèle de prospérité », rappelle-t-il.

Voix dissonantes

Mais la partie n’est pas encore gagnée. Plusieurs voix dissonantes s’élèvent. En France, le Medef a demandé « un moratoire » sur la mise en place de mesures environnementales, notamment dans la lutte contre le gaspillage et le recyclage, selon un courrier publié par le Journal du dimanche (JDD). Au niveau européen, le Pacte vert visant la neutralité carbone d’ici 2050 a été mis sur la table début mars. Mais au nom de la crise sanitaire, la Pologne et la République Tchèque ont déjà demandé l’abandon du Pacte vert européen (Green Deal). Un report serait une « erreur tragique », prévient, lundi, le Commissaire européen Italien à l’Économie, Paolo Gentiloni, évoquant de fortes oppositions « politiques et culturelles ».

Ajoutez votre commentaire

*