Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
taishan
Le nucléaire : 3 à 4 fois plus cher que les renouvelables
Société

Le nucléaire : 3 à 4 fois plus cher que les renouvelables

22 Juin 2021

C’est ce qu’a affirmé récemment Barbara Pompili, le ministre de la Transition écologique.

Et elle ne relaye pas le tweet d’un anti-nucléaire primaire, ni le communiqué d’une groupuscule d’écologistes en chemise à fleur, mais la projection très sérieuse et documentée de l’AIE, l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Cette agence vient de publier un rapport, intitulé «Zéro émissions nettes en 2050, une feuille de route pour le secteur énergétique».
Selon cette étude, d’ici 9 ans, en 2030, l’éolien sera 2,6 fois moins cher que le nucléaire, et le solaire 3,4 fois moins cher, et même 4,6 fois moins cher en 2050.
La ministre pointe donc une tendance lourde et puissante. Pourtant, EDF jure que le prix de l’électricité EPR sera compétitif.
On ne voit guère comment, car il ne l’est déjà plus : le solaire et l’éolien, lors des récents appels d’offres, affichent un prix compris entre 50 et 60 euros le mégawattheure, alors que le MWH de l’EPR d’Hinkley Point (Angleterre) sera facturé à 100 euros.

Et la tendance a peu de chance de s’inverser, puisque les coûts du solaire suivent depuis longtemps une courbe descendante, alors que ceux du nucléaire continuent de grimper. Et ce ne sont pas les coûts stratosphériques, et d’ailleurs passablement hors de contrôle, de l’EPR de Flamanville qui pourront démentir ce fait.  
Sans oublier que dans ce prix déjà élevé de 100 euros, ne sont pris en compte ni l’assurance en cas d’accident, ni les coûts de démantèlement.
De plus, les problèmes déjà décelés sur l’EPR de Taishan, en Chine, moins de trois ans après sa livraison, montrent bien que la sécurité n’est guère assurée.
Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, le disait en juin 2018 « EDF doit construire des nouveaux réacteurs comme le cycliste doit pédaler pour tenir debout. » EDF semble avoir adopter la stratégie de la fuite en avant. On sait où cela mène.
Et si on posait le pied par terre ?

Ajoutez votre commentaire

*