Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Le verre à moitié plein

14 Déc 2015
COP21
© FRANCOIS GUILLOT / AFP

Accord, il y a donc eu. Pas assez ambitieux pour certains, historique pour d’autres… On fait le point.

Les + de l’accord

– Un objectif « bien en deça des 2° » avec l’incitation à « poursuivre les effors pour limiter la hausse de témpérature à 1,5° »
– Une révision régulière et à la hausse des objectifs de réduction de gaz à effet de serre
– Un fonds vert de 100 milliards de dollars. Une somme qui constitue un plancher et non un plafond
– Un premier accord universel
– La transparence : un comité d’experts pourra vérifier les informations fournies par les pays et mobiliser la pression de la société civile si elles se révèlent inférieures aux objectifs affichés.

Les – de l’accord

– Une seule mention des énergies renouvelables, et encore, ne concernant que l’Afrique
– Un accord pas vraiment contraignant puisque sans mécanismes de sanctions
– Un objectif certes à 1,5° mais des contributions nationales qui en l’état nous mènent plutôt autour des 3°
– Pas de date précise pour le pic d’émissions, simplement agrémenté d’un vague « dès que possible »
– Une entrée en vigueur du texte seulement en 2020, et une révision à la hausse des objectifs en 2025
– Pas de prix du carbone

Ecologisme et réalité politique

Alors verre à moitié plein ou à moitié vide ?  Rappelons  le fonctionnement de la COP : les 196 parties doivent toutes être d’accord pour que le texte soit validé… et rien ne les y oblige. 196 parties aux intérêts divergents (insulaires vs pays producteurs de pétrole), avec leur spécificités et exigences propres (les américains ne pouvaient pas signer un accord trop contraignant qui aurait nécessité une ratification de son parlement, majoritairement climato-sceptique), et aux responsabilités différentes (pays développés vs pays en développement). Il n’est déjà pas toujours simple de se mettre d’accord à 5 ou 6 sur le restaurant où l’on veut diner ce soir. Nous vous laissons imaginer la complexité de ce qu’a réussi à obtenir la diplomatie française. Ainsi, ceux qui s’attendaient ou espéraient, en cohérence avec l’urgence climatique mais pas avec la réalité politique, un accord bien plus ambitieux, ne peuvent qu’être déçus.

Empowerment

La COP21 est un succès moins par ses objectifs que par l’existence même d’un accord, moins par les avancées des Etats que par le mouvement que ces engagements peuvent enclencher dans la société civile. Ce sera à elle, à nous, citoyens, entrepreneurs, élus, responsables associatifs, investisseurs, d’amplifier le mouvement en commençant dès aujourd’hui à construire le monde de demain.
La recherche et la mise en place de solutions pour la planète est un parcours du combattant mais les enjeux sont tels que les obstacles deviennent des leviers.

Plus que jamais, la rédaction de Décisions durables continuera à s’engager et à vous informer, pour aller plus loin, plus haut, plus vite.

1 commentaire

Ajoutez votre commentaire

*