Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Les ENR, investissements d’avenir!

19 Juin 2016

sky-1392241_640-2

En 2015, 286 milliards d’euros ont été investis dans les énergies vertes, un record ! Et pour la première fois, les pays en développement ont davantage investis que les pays développés. Une tendance confirmée par l’étude du cabinet EY qui établit un classement des pays les plus attractifs en matière d’énergie renouvelable. Et l’Europe est loin d’être en tête !

Le travail des experts s’est basé sur 5 critères: environnement macroéconomique, climat d’investissement, approvisionnement, sécurité énergétique et soutien aux ENR. Et première observation surprenante, les Etats-Unis arrivent en tête grâce au « renouvellement de leurs crédits d’impôts en matière énergétique pour les 5 ans à venir»  explique le cabinet.
La Chine et l’Inde tirent également leur épingle du jeu. Le gouvernement de Modi vient même d’annuler la construction de 16GW de centrale à charbon. Preuve en est que transition énergétique et développement économique ne sont pas antinomiques.

Le Chili, vent debout !
Et les pays en développement ne diront pas le contraire! L’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie n’hésitent pas à investir dans les énergies renouvelables. En 4ème position du classement, le Chili fait figure de pionnier en la matière. Bien que petit, son marché « est un des premier au monde où des projets viables économiquement peuvent concurrencer les autres sources » explique l’étude. Au cours des derniers mois, plus de 29 fermes solaires ont été érigées dans le pays. Et au nord du désert d’Atacama, la production d’ENR est telle que l’électricité est devenue gratuite pour les habitants. Un phénomène qui s’était déjà produit en 2014. Et d’ici 2017, même le métro de Santiago roulera majoritairement aux énergies solaires et éoliennes. De quoi inspirer son voisin brésilien, classé 6ème.

Lire aussi: Les français et l’environnement: je t’aime, moi non plus!

Et l’Europe ?
Globalement, « les marchés européens affichent une chute de leur indice d’attractivité en matière d’investissement », notamment en raison d’un manque de clarté dans leurs politiques énergétiques. Et en effet, seuls l’Allemagne et la Française figurent dans le classement, en 5ème et 8ème position. Triste constat qui contraste avec une étude affirmant que 70 % de l’électricité de l’UE proviendra des ENR d’ici 2040.

Alors arrêtons d’accumuler du retard et engageons, dès maintenant, notre transition énergétique

Ajoutez votre commentaire

*