Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Liberté, égalité…connectés !

03 Mai 2016

ordinateur-portable-femme-clavier

La dématérialisation des services publics est en marche. Tout passera bientôt par internet, de l’inscription à Pôle Emploi à la déclaration d’impôts d’ici 2019. Pourtant, 17% des français s’estiment « déconnectés ». Une situation à laquelle Emmaüs Connect, la petite sœur de l’association de l’Abbé Pierre, et Google, entendent bien mettre fin.

« Faire du numérique un levier d’insertion pour tous », telle est la devise d’Emmaüs Connect. Créée en 2013, l’association a accueilli et formé plus de 20 000 personnes en 3 ans. Mais l’aide fournie ne suffisait plus. « Nous percevions l’intérêt d’outils en ligne, adapatés aux apprentissages », confesse Jean Deydier, son directeur général. Il fallait passer à la vitesse supérieure. C’est toute l’ambition du programme Wetechcare, lancé le 13 avril après plus d’un an de recherches. Objectif : former plus d’un million d’oubliés du numérique d’ici à 2020 grâce au soutien de Google, qui supporte qui supporte financièrement et techniquement le projet, ou encore la Fondation SFR.

Bagage numérique minimum
La maîtrise des outils numériques est devenue un véritable enjeu d’égalité sociale et d’accès à l’emploi ou aux services publics. Deux études réalisées par le CREDOC en 2015 témoignent de ce besoin :
– 80% des personnes utilisent internet pour rechercher un emploi,
– 5 millions de français cumulent précarité numérique et sociale
C’est pourquoi Wetechcare cible en prorité les jeunes en insertion professionnelle et les demandeurs d’aides sociales. Il se décline en deux outils :
– l’application ClickNJob, qui se focalisera sur la communication par mail et la recherche d’offres d’emploi sur des sites spécialisés (Facebook, LinkedIn, Viadeo). À termes, un générateur de CV devrait également y être affilié,
– le programme LesBonsClics sera quant à lui, lancé fin 2016. Il proposera des modules de formations adaptés au niveau de l’utilisateur. Parmi les items proposés : Internet, les réseaux sociaux, effectuer une demande sur le site de la CAF.

 Lire aussi : Tweetping ou la mise en évidence de la « fracture numérique » mondiale

Après un premier bilan, le programme pourrait s’étendre à l’ensemble des démarches administratives effectuées par internet. Pour ne laisser aucun français à la porte de l’e-citoyenneté.

Ajoutez votre commentaire

*