Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Netexplo : fenêtre sur le monde de demain

10 Fév 2016

9e édition, paris 2016La neuvième édition de Netexplo se tient aujourd’hui et demain à l’Université Paris-Dauphine de Paris. Un événement de dimension mondiale pour analyser la révolution digitale en cours.

Netexplo a été fondé en 2007 par Martine Bidegain et Thierry Happe sous le haut patronage du Secrétariat d’Etat à la prospective et au développement de l’économie numérique et du Sénat Français en partenariat avec HEC. Chaque année, des projets sont récompensés pour leurs innovations. Présentation des lauréats 2016.

Grand Prix Netexplo 2016 – IKO Creative Prosthetic System
Carlos Torres veut faire du handicap des enfants une source de créativité. L’ingénieur colombien a développé une prothèse imprimée en 3D « suffisamment modulable pour la bricoler, la bidouiller, faire preuve d’imagination ». Elle est notamment compatible avec des éléments de legos et permet aux enfants de créer leurs propres modules en sélectionnant formes, couleurs et accessoires. L’objectif : aider les enfants atteints de malformation du bras à briser leur isolement et dédramatiser leur handicap. Une idée qui révèle le pouvoir positif de l’imagination, et permet de porter un autre regard sur le handicap. Voici une petite vidéo de présentation :

Les autres Lauréats 2016


Wonolo : une agence pour l’emploi à l’ère de l’économie de partage (US)
Aux Etats-Unis, 40% des travailleurs seront en mode free-lance en 2020 et travaillent donc potentiellement avec une multitude d’employeurs. Wonolo permet à n’importe quel employeur, entreprise ou particulier, de trouver le bon candidat près de chez eux. Sur le modèle de l’économie collaborative, la rémunération est liée à la qualité de la notation : plus la mission a été appréciée, plus le salaire augmente.

Aweza : promouvoir le dialogue entre communautés au-delà de la barrière des langues (Afrique du Sud)
En Afrique du Sud, pas moins de onze langues officielles cohabitent ! Dès lors, pas toujours facile de se comprendre entre différentes communautés. Aweza est une application mobile de traduction multilingue qui vise à fluidifier et faciliter ce dialogue pour réaliser son objectif : « une nation, une conversation ».

Todai Robot Project : le premier robot qui obtient son Bac et entre à l’université (Japon)
En 2011, l’institut national de l’informatique japonais, soutenu par Fujitsu, se lance dans un défi un peu fou :  faire admettre une intelligence artificielle à la prestigieuse université de Tokyo en une décennie. Mais pour cela, le robot doit déjà passer son bac ! Après 2 échecs en 2013 et 2014, le robot obtient enfin la moyenne en 2015 avec une note de 53.8 % sur 5 matières, contre une moyenne nationale de 43.8 %. Encore un petit effort, notamment en physique, et il pourra fêter son succès, prévu en 2021.

Micro-Swimmer Robot : l’avènement de la chirurgie de précision (US)
Des chercheurs à l’université Drexler de Philadelphie se sont inspirés d’une bactérie pour développer ces nano-robots composés de nanoparticules magnétiques capable de « nager » dans nos artères. Leur mission ? Éviter un acte chirurgical lourd, par exemple en débouchant des artères ou en livrant un médicament à un lieu précis du corps d’un patient. Les prototypes permettent d’envisager une utilisation massive d’ici 4 ans.

BitLand : un cadastre virtuel, grâce à la blockchain (Ghana)
En Afrique, 90% des zones rurales ne sont pas répertoriées. Dès lors difficile de faire valoir un titre de propriété ou simplement de renseigner une adresse. Résultat : une insécurité pour les populations et une grande difficulté à percevoir taxes et impôts pour l’Etat. L’ONG africaine Bitland veut résoudre ce problème grâce à la technologie blockchain, popularisée par le Bitcoin, qui permet d’opérer des transaction tout en sécurisant les informations, théoriquement infalsifiables.

Colu préserve votre identité numérique (Israël)
Encore une innovation liée à la Blockchain, mais cette fois-ci, pour sécuriser les transactions commerciales. Pourvus d’une identité numérique inviolable, l’acheteur et le vendeur bénéficient d’une transaction 100% sûre et sans intermédiaire, que ce soit pour un billet de spectacle, une voiture, une œuvre d’art, un appartement…

Ascending Technologies : y-a-t-il un pilote dans le drone ? (Allemagne)
Pas besoin de télécommande ou d’une quelconque intervention humaine pour faire voler ce drone en toute sécurité. Son secret ? Des mini-caméras ultra-légères Real Sense qui donnent à l’engin une vision 3D à 360 degrés. Le drone est alors capable de gérer seul ses trajectoires. Des applications militaires, commerciales ou médicales sont à l’étude.

Amino : demain, tous biohackers ? (Canada)
Le DoItYouself est à la mode. Amino surfe sur la vague en démocratisant la biotechnologie. Grâce à un kit de fabrication de matière organique, l’utilisateur peut prendre soin de cellules vivantes comme il le ferait d’un animal domestique. L’objectif ? Permettre à tous de mieux comprendre les avancées scientifiques via des expériences toutes simples. Suite à un financement réussi sur Indiegogo, Amino est commercialisé pour 700€.

Self-teaching 3D-printed robot : le robot qui s’auto-gère (Norvège)
Capable d’évaluer leurs propres performances, le robot conçu par  l’université d’Oslo s’adapte à tous les contextes. Il est par exemple capable de s’auto-réparer : il diagnostique ses besoins et, grâce à son imprimante 3D, fabrique les pièces qui lui sont nécessaires. Une qualité qui pourrait s’avérer très utile dans le cadre d’expéditions spatiales ou sur des zones de catastrophes naturelles.

 

Ajoutez votre commentaire

*