Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Paris, place financière au service de la transition écologique
Société

Paris, place financière au service de la transition écologique

15 Mar 2022

Pour atteindre les objectifs définis par l’Accord de Paris, la contribution des institutions financières est indispensable. Elles doivent pour ce faire agir dans un cadre cohérent et compétitif.

Tel est l’objectif du Rapport remis le 9 mars dernier au ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, par Yves Perrier, président d’Amundi et vice-président de Paris Europlace, lors de la Conférence relative au renforcement de l’autonomie énergétique européenne et à la réussite de la transition écologique, organisée à Bercy dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE). 

La transition écologique et énergétique, qui implique une transformation complète de l’économie et de la société, nécessitera des investissements massifs. C’est une véritable « révolution industrielle » qu’il s’agit d’accompagner, avec de fortes conséquences géopolitiques et sociales.

24 recommandations sont formulées dans le rapport, organisées autour de 7 chantiers :
1. Instaurer une comptabilité CO2, avec une mise en oeuvre rapide des normes européennes sur le reporting extra-financier
2. Développer un corpus méthodologique commun pour l’analyse extra-financière.
3. Promouvoir de nouvelles pratiques de gouvernance et de gestion de l’externalité carbone, par exemple via l’intégration de la performance carbone dans les rémunérations des dirigeants et des financeurs.
4. Former les diverses parties prenantes aux enjeux climatiques.
5. Définir des instruments pour mieux différencier les produits favorisant la transition carbone.
6. Déterminer une trajectoire de sortie des énergies fossiles, notamment par la définition d’un scénario de référence sur la sortie des énergies fossiles à horizon 2025, 2030 et 2050.
7. Encourager l’innovation en matière de produits financiers, afin d’allouer efficacement l’épargne longue des ménages vers la transition écologique.

Yves Perrier appelle à une nouvelle économie politique, alignant l’action gouvernementale, les entreprises et le secteur financier. « Ce dernier a un rôle majeur à jouer pour allouer efficacement le capital au financement des investissements considérables à réaliser en adaptant sa gouvernance, ses normes, ses standards d’analyse et objectifs de rentabilité. »

La synthèse et le rapport sont téléchargeables ici

Ajoutez votre commentaire

*