Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Quels Français sont les plus écolos ?
Société

Quels Français sont les plus écolos ?

12 Déc 2017

Une étude de l’Insee détaille les comportements écologiques selon le sexe, l’âge et le revenu. Surprise : les plus aisés ne sont pas forcément les plus écolos.

C’est au sein de la collection d’études “Les acteurs économiques et leur environnement” que l’Insee se penche sur les pratiques des citoyens en matière d’écologie dans un volet intitulé “L’inégale capacité des ménages à agir en faveur de l’environnement”. Bien que la sensibilité environnementale prenne le dessus sur les autres facteurs influençant le comportement, le revenu peut avoir des effets tant négatifs que positifs dans tous les domaines :
– concernant le transport, les plus favorisés utilisent plus leur voiture, mais disposent en général de modèles plus récents;
– en matière de logement, les foyers les plus aisés prêtent moins attention à leur consommation en eau, électricité et chauffage, mais investissent plus facilement dans la rénovation énergétique de leur logement;
– quant à l’alimentation, ils sont plus enclins à consommer des produits issus de l’agriculture biologique, mais aussi de la viande.

Prise de conscience

“Alors que trois Français sur cinq affirment ressentir les conséquences du changement climatique dans leur vie quotidienne, plus de la moitié des ménages n’ont pas le sentiment d’agir suffisamment pour protéger l’environnement,” indique le rapport. Ainsi,
– 8 Français sur 10 trient leurs déchets,
– un Français sur 3 fait très attention à sa consommation d’eau,
– plus de la moitié d’entre eux achètent des produits de saison et sont près à payer plus cher pour des aliments bio…
– mais plus de la moitié privilégient toujours l’usage de la voiture au quotidien.

Si les convictions et la sensibilité ont un effet sur l’action environnementale, l’étude met en lumière un ensemble de facteurs “qui tiennent moins compte de la volonté des acteurs que de leur capacité à agir”. Les moyens et ressources, dans une acceptation large (habiter en ville ou à la campagne, être jeune ou plus âgé, plus ou moins diplômé, locataire ou propriétaire…) peuvent tant faciliter l’adoption de comportements écologiques que générer une forme “d’injustice environnementale”. Finalement, nous ne sommes pas tous égaux en matière d’écologie.

Ajoutez votre commentaire

*