Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Resto vs Foodtech : la bataille du numérique est engagée

01 Nov 2016

restaurant-939434_640

La restauration rapide, aidée du numérique, avale de plus en plus de part aux restaurateurs classiques. Commander, être servi, débarrassé et payé est devenu trop long pour le client. Les cuisiniers n’ont plus le choix : s’adapter ou mourir, il faut choisir !

Comme dans de nombreux pans de l’économie, les restaurateurs « ont peur du numérique » constate Bertrand Boutboul, fondateur de la Brigade du digital, une association militant pour le développement du numérique dans les restaurants. « Beaucoup pensent que ce sont les robots qui remplaceront les serveurs alors qu’il s’agit d’outils pratiques qui permettent de gagner du temps » ajoute t-il.

Plus vite, toujours plus vite
Révolutionner l’expérience client, voilà le crédo de 4 startups :
   Moodfood: mapping des restaurants alentours et mise à disposition de leur menu. Le client peut choisir de se faire livrer ou précommander pour être servi à une heure choisie.
   Paymatable: possibilité de payer l’addition et même le pourboire de son smartphone sans attendre le serveur. Une solution qui intéresse Flunch et Hippopotamus.
  Eazeat : choix du restaurant, commande, paiement. L’application prend en charge tout le parcours du client.
   – Etiquet’able: permet aux chefs de calculer l’empreinte carbone de leur plat, d’adapter la quantité des ingrédients et d’en informer le client. « C’est un outil de sensibilisation qui répond à la tendance observée chez les clients de manger de manière responsable » explique Shafik Asal, un de ses fondateurs.
Gain de temps incontestable pour les clients, de telles initiatives pourraient également aider les restaurateurs à mieux gérer leur stock et réduire le gaspillage alimentaire.

Lire aussi: Comerso: halte au gaspi! 

Un système à parfaire
Pour le moment, ces applications ne prennent pas en compte les tickets restaurants mais « cela arrivera un jour ou l’autre » assure Pierre Méric, président de Touch&Play.
Cette transformation digitale interroge tout de même sur son (manque) de caractère humain. Le sourire d’un serveur, la possibilité de l’interroger sur les plats confèrent aux établissements une atmosphère qui compte presque autant que la qualité des mets, comme en témoigne les avis postés sur la toile.

Mais nul doute que la formule précommande, déjeuner, smartphone pourrait faire une sacré concurrence à la restauration rapide !

Ajoutez votre commentaire

*