Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
The Ocean Cleanup : un premier barrage anti-déchets
Innovation - Tech

The Ocean Cleanup : un premier barrage anti-déchets

08 Sep 2018

Après six ans de recherche acharnée, le grand barrage anti-plastique va se confronter au septième continent. Objectif : une réduction à 90% des déchets d’ici 2040.

Il avait fait sensation lors d’une conférence TED Talk en 2012. Alors âgé de 17 ans, le Néerlandais Boyan Slat proposait une solution pour éliminer les déchets du “septième continent” en les piégeant dans un barrage flottant grâce aux courants marins. Fort d’un premier financement participatif de 2 millions de dollars, l’association The Ocean Cleanup a rapidement séduit les investisseurs et multiplié son budget par 10, mettant ainsi une centaine de scientifiques au travail. Après divers essais au large des Pays-Bas, leur prototype va se frotter au vrai terrain : le vortex de déchets du Pacifique nord, estimé à 7 millions de tonnes d’ordures.

Éradiquer le septième continent

Ce samedi 8 septembre 2018, System 001 est déployé au large de San Francisco en direction du vortex. Il s’agit d’une première barrière de 600 mètres en forme de U, pouvant collecter jusqu’à cinq tonnes de plastique par mois. Environ 60 autres barrages mesurant de 600 m à 2 km de long devraient suivre, afin d’encercler ce “continent de plastique” et le réduire de moitié en seulement cinq ans, et de 90 % d’ici à 2040. La performance de System 001 sera donc suivie de très près.

Nettoyer, et surtout ne plus polluer

Conscients que cette solution devra être complémentée par de la prévention, les porteurs du projet estiment cependant qu’il faut intervenir rapidement. Et pour cause : le World Economic Forum estime que l’océan contiendra plus de plastique que de poissons en 2050. “En ramassant le plastique alors qu’il est encore en gros morceaux, nous l’empêchons de se transformer en microplastiques dangereux qui peuvent absorber les substances toxiques et remonter dans la chaîne alimentaire” précise l’association sur son site, où elle diffuse l’événement historique en live.

Ajoutez votre commentaire

*