Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Tokyo : des JO aux énergies renouvelables
Société

Tokyo : des JO aux énergies renouvelables

13 Juil 2018

Dans une course à la décarbonisation, les organisateurs des prochains Jeux Olympiques prévoient entre autres d’alimenter l’événement grâce aux énergies renouvelables.

JO de Londres 2012 : 3,4 millions de tonnes de CO2. Rio 2016 : 3,6 millions. Coupe du monde de football en Russie : 2,2 millions. L’impact environnemental des grands événements sportifs internationaux est depuis quelques années sous le feu des projecteurs. Londres et Rio ont été les premiers à tirer leur bilan environnemental. Depuis, les villes hôtes rivalisent d’ingéniosité pour tenter de réduire l’empreinte carbone liée aux événements. Le comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo de 2020 a ainsi annoncé sa volonté d’alimenter les Jeux avec l’énergie solaire et éolienne uniquement.

Médaille d’or du recyclage ?

Pour atteindre l’objectif du 100% renouvelable, le comité compte non seulement acheter de l’électricité verte, mais aussi installer des panneaux solaires. Une mesure en accord avec le projet urbain durable de la ville, de façon à ce que l’infrastructure puisse servir au-delà de l’événement sportif. Les organisateurs avaient par ailleurs déjà affiché :
– un objectif de recyclage des déchets de 65 %, contre 62 % aux Jeux de Londres,
– la fabrication des 5000 médailles à partir de métaux récupérés sur des smartphones usagés (30 % des médailles de Rio avaient ainsi été fabriquées en 2016),
– et une cible de réutilisation et de recyclage de 99% des biens achetés lors des Jeux.

Le comité d’organisation de Paris 2024 voit lui aussi très grand, en affirmant vouloir aligner les Jeux sur l’accord de Paris pour le climat.

Ajoutez votre commentaire

*