Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW

Trier, c’est gagné!

12 Mai 2016

cliiink 3

La poubelle jaune, symbole du tri, s’est largement imposée dans nos immeubles. Pourtant, les français manquent d’assiduité pour cet exercice. Si 91% y voient un intérêt, seuls 44% d’entre eux trient systématiquement leurs déchets d’après le rapport 2015 de l’Observatoire des gestes du tri. Pour les motiver, Cliiink offre aux recycleurs des bons de réduction.

Pour gagner, rien de plus simple que de trier ! Une idée qui résume bien l’état d’esprit de la start up marseillaise Terradona, initiatrice du projet. Créée en 2013, elle veut développer la « reconnaissance de l’acte citoyen » explique Jean-Marc Toubiana, son président et fondateur.

La solution est relativement simple. Un boitier universel intelligent et connecté est posé sur les containers urbains préexistants. Ensuite, chaque utilisateur s’identifie grâce à une carte sans contact ou directement via l’application Cliiink puis dépose ses déchets. Pour récompenser son geste, des points sont directement crédités sur son compte. Libre à lui, ensuite, de les dépenser comme il le souhaite dans l’une des boutiques partenaires. Parmi les offres du moment : dessert, bon de réduction au restaurant et dans les supermarchés, places de cinéma à prix réduit et même don au profit d’une association.

Tous gagnant!
Le concept vise également à accroître l’affluence dans les magasins locaux et à valoriser leur image.
Les collectivités devraient également y trouver leur compte. Selon les estimations de Jean-Marc Toubiana, la récolte de 10 000 tonnes de verre dans une ville de 600 000 habitants permettrait une économie d’1,8 million d’euros et la réduction des émissions de COde 2000 tonnes par an. En effet, au lieu d’enfouir ou d’incinérer les déchets, ils seraient revendus et recyclés.
Un premier essai du dispositif a débuté fin avril pour 6 mois. De Marseille à Aix-en-Provence, 100 containers seront équipés du dispositif. Une étude qui pourrait mener à la transposition du dispositif dans plusieurs villes, « déjà intéressées par le projet » se réjouit son fondateur.

Reste à savoir si nous aurons envie de nous identifier pour chaque bouteille jetée. Pourquoi ne pas directement donner un bon de réduction calculée en fonction de la quantité de déchets recyclés ?

Ajoutez votre commentaire

*