Connexion
newsletter
CONNECT & FOLLOW
Trois personnes recevront un revenu de base
Innovation - Société

Trois personnes recevront un revenu de base

18 Déc 2017

C’est grâce au crowdfunding que l’association “Mon revenu de base” compte tester cette mesure, proposée par Benoît Hamon, qui consiste à verser une somme d’argent sans contrepartie.

L’association, qui ne relève d’aucune formation politique, vise à tester cet outil qui a fait parler de lui lors de la dernière campagne présidentielle. Le principe est simple : financer par les foules un fonds permettant de verser 1 000 euros par mois pendant un an à un individu tiré au sort. Lancée le 2 novembre dernier, l’opération a rencontré un franc succès, puisqu’elle a déjà permis de récolter 36 000 euros, soit de quoi verser un revenu de base à trois personnes pendant un an. Mais l’association ne s’arrête pas là. Afin d’élargir l’échantillon test, un nouveau tirage au sort sera effectué à chaque fois que la barre des 12 000 euros sera dépassée.

La preuve par l’exemple

L’association s’inspire notamment d’une initiative similaire, développée en Allemagne, qui a permis de :
– financer plus de 100 revenus de base,
– recueillir l’opinion de 700 000 personnes en leur demandant ce qu’elles feraient d’un tel revenu.

L’idée est non seulement de tester l’outil, mais aussi d’amener la société à réfléchir à son implémentation, et surtout, de balayer les idées reçues. Car les résultats préliminaires du sondage proposé par “Mon revenu de base” corroborent les observations d’études diverses, recensées notamment dans le livre de Rutger Bregman (dont nous vous parlions dans le numéro 33 de notre magazine) : verser de l’argent gratuit bénéficie la société et ne rend pas oisif. Les 37 000 inscrits sur le site souhaitent notamment pouvoir :
– faire des choix de vie (comme reprendre des études ou changer de travail),
– faire face aux dépenses incompressibles,
– améliorer le quotidien,
– et vivre dignement.

S’adapter à l’avenir de l’emploi

Pour Julien Bayou, cofondateur du projet, il s’agit de se projeter dans une protection sociale du 21ème siècle. “Il fût un temps où la question de la couverture maladie, ou de la retraite, semblait utopique, mais aujourd’hui c’est banal, cela fait partie du quotidien. Et donc c’est aussi qu’on doit se préparer: anticiper les mutations du monde du travail.

Ajoutez votre commentaire

*